Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Nice-Marseille: la région Paca offre le rail public au capital privé

Et naturellement, cette affiche de la SNCF est nulle et non avenue. Trois ans après le diktat de Bruxelles sur l'ouverture à la concurrence des lignes TER, la région PACA, détenue par la droite du parti de sarkozy-Fillon, offre le rail public à l'opérateur privé Transdev en 2025.

Mais la porte était déjà bien ouverte, puisque le 1er janvier 2002, l'organisation des transports ferroviaires régionaux (TER) relevait de la compétence des conseils régionaux. Ils signaient une convention avec la SNCF sur le nombre de liaisons, les tarifs, le niveau de qualité du service à offrir notamment par l'achat de rames TER. D'où une discrimination évidente entre régions riches et régions pauvres sur l'offre ouverte aux usagers.

Et les querelles sont infinies entre politiciens du même bord, comme par exemple entre la Normandie et l'Île-de-France, détenues par la droite, sur la ligne de Bonnières-sur-Seine à Paris St-Lazare avec les Transiliens et les TER normands. Mais l'inégalitaire régionalisation votée sous Chrirac est restée en l'état même lorsque la France disposait de gouvernements socialistes.

Ceci est dit en guise de rappel pour la présidentielle de 2022, quand les candidats ont l'air de pousser plus vite que des champignons, tout en étant tous plus blanc que neige.

Hier en PACA, la CGT-Cheminots réclamaient à la région plus de moyens financiers et en matériels pour satisfaire le service public. Refus de la région dirigée par la droite de Sarkozy-Fillon.

Désormais, la droite de Macron, toujours pour satisfaire l'UE du capital,  a ouvert en décembre 2019, les lignes TER à la concurrence. La région Paca vient d'y plonger avec délectation pour satisfaire le capital:

  • Transdev va percevoir 10 millions de subventions avant même que le premier train roule (première circulation prévue en 2025) ;
  • Ce contrat obtenu par Transdev lui rapportera 50 millions d’euros par an pendant toute la durée de celui-ci (10 ans avec 2 années supplémentaires en option) ;
  • La Région PACA financera :
    • L’achat de matériels roulants (10 à 12 rames) ;
    • La construction d’un atelier de maintenance alors que des ateliers SNCF existent déjà.

Cela représentera un investissement de 270 millions d’euros publics dont seulement 4 millions à la charge de Transdev.

Par ailleurs, le coût du « km-train » est aujourd’hui de 15,80 €. Il sera de 20 € en 2025 à l’arrivée de Transdev, soit 25 % d’augmentation de la subvention publique !

Si autant d’argent avait été mobilisé pour l’entreprise publique SNCF, parlerait-on aujourd’hui de concurrence, s'indigne la CGT-Cheminots.

Commenter cet article