Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le billet d'humeur de Christophe Prudhomme, médecin urgentiste syndiqué à la CGT

Sous le titre Véran, Christophe Prudhomme revient sur l'ex-député socialiste Olivier Véran qui fut adoubé ministre de la Santé par le très droitier Emmanuel Macron, en remplacement d'un autre docteur à ce poste que fut Agnès Buzyn qui, elle aussi, ne fit rien pour la santé publique. Mais quand on est commis du capital...

Olivier Véran était déjà connu quand il était député comme quelqu’un d’irascible et adepte de propos désobligeants pour ses contradicteurs. Je me souviens d’un débat au cours duquel, à bout d’arguments, il s’était fendu d’un « C’est normal, monsieur Prudhomme, vous êtes à la CGT qui est toujours contre tout ».

Affirmation de poids s’il en est ! Aujourd’hui ministre de la Santé, toutes les barrières sont visiblement tombées et il laisse libre cours à ses invectives et à ses provocations, que ce soit vis-à-vis des parlementaires mais surtout aussi à l’encontre des personnels soignants. Après sa sortie sur le « loisir » que constituerait la grève pour les personnels de santé, il en rajoute une couche dans une récente interview par un « À partir d’un moment cela suffit ! » pour qualifier les protestations contre la récente loi sur la crise sanitaire.

Monsieur le ministre, je vous retourne vos propos. Effectivement, cela suffit du mépris des personnels. Cela suffit de votre référence permanente à l’exceptionnalité des mesures du Ségur de la santé qui n’ont rien réglé. Cela suffit du refus du dialogue social et à l’exclusion des organisations syndicales qui n’adhèrent pas à votre politique.

Cela suffit des visites à visée médiatique dans nos établissements où la police est présente en nombre sur notre lieu de travail pour nous empêcher de vous approcher. Cela suffit de l’absence de formation en nombre suffisant des professionnels de santé, ce qui permet d’accélérer les plans de restructuration avec des fermetures de lits. Cela suffit des services d’urgences et des SMUR qui ferment du jour au lendemain et laissent la population sans recours. Oui, cela suffit!

Sachez, monsieur le Ministre que vous n’êtes absolument pas à la hauteur de votre fonction et que votre attitude ne fait que renforcer notre colère et nos ressentiments. Une nouvelle fois, en plein été, nous nous mobilisons, non pour répondre à vos injonctions, mais parce que nous savons que les patients ont besoin de nous. Mais nous n’oublierons rien.

Source: L'Humanité de ce jeudi

Commenter cet article