Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Certes, malgré la sondageocratie et les médias aux ordres du capital qui la confirmaient gagnante pour ces élections de dimanche dernier, l'extrême droite recule largement. Mais elle se maintient souvent en 2e position ou est en voie de l'emporter dans certains cantons.

Et une simple capture d'écran, ou plusieurs autres du même type, les meilleures soient-elles, ne feront pas reculer les idées brunes.

Le parti de la fille de JM Le Pen pas encore coulé

Le second enseignement de ce scrutin dominical est l'abstention massive, notamment parmi la jeunesse et le monde du travail, ceux qui sont en première ligne sous le joug de l'exploitation capitaliste.

Et ce n'est pas un rabibochage des gauches, au premier tour ou dans des antichambres pour le deuxième, qui construira vraiment des lendemains qui chanteront.

Les électeurs ont aggravé leur rejet de la représentation de la chose politique en France. Dimanche prochain chaque élu, départemental ou régional, ne représentera au mieux moins de 12% de l'électorat. Et sur le site du ministère de l'Intérieur, vous ne trouverez pas trace du pourcentage de bulletins blancs ou nuls, citoyens qui sont venus voter, sans prendre partie pour "l'offre politique".

Le troisième enseignement est la déroute des candidats du palais de l'Elysée. Et les plus éminents de ses chambellans, par exemple celui en charge de la Justice ou celui commis à la Police, sont battus à plate couture. Mais dans notre monarchie républicaine, avec un majorité de godillots à l'Assemblée nationale, notre roi élu peut gouverner à sa guise par simples ordonnances. Tout comme, selon notre mauvaise constitution, sans rendre de compte à personne, Macron peut engager nos armées partout dans le monde ou parapher un traité avec quiconque.

Ce dimanche, un mouvement populaire a rejeté aussi massivement toute forme politicienne qui appellerait à voter pour le choléra pour s'affranchir de la peste.

Pour autant, à quand un programme politique, au niveau local, départemental, régional et national, pour réorienter les richesses produites par le travail vers le service exclusif de la nation, contre le capital et ses commis, peu importe leurs étiquettes politiques?

Commenter cet article