Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est le titre de La Voix du Nord du 18 mai 2021. Et son article:

"Depuis l’agression, la jeune maman n’a plus une goutte de lait. Maÿlis a été extrêmement choquée par ce qui lui est arrivé à Bordeaux, alors qu’elle patientait dans une file d’attente d’un point relais. Ce jour-là, son fils Nino, 6 mois s’est réveillé et lui a réclamé le sein. « J’essaie de le faire patienter une dizaine de minutes, mais ça ne fonctionne pas, il a vraiment très faim », raconte Maÿlis.

« Une gifle en pleine poire »

Et puisqu’elle porte un vêtement qui lui permet d’allaiter en « toute discrétion », elle décide d’allaiter son bébé. Sauf que son geste dérange une cliente. « Vous n’avez pas honte ? », lui lance-t-elle, avant d’ajouter : « La nouvelle génération est là pour s’exhiber. Vous êtes une maman, vous devez prévoir les repas de votre fils. Vous auriez dû faire ça chez vous. Ce n’est pas quelque chose que l’on fait comme ça en public, c’est n’importe quoi ». « Plus elle hurlait, plus je me faisais insulter, et plus elle avançait vers moi (…) Je me suis pris une gifle en pleine poire, avec bébé dans les bras », témoigne Maÿlis dans une vidéo publiée sur Doctissimo sur Instagram.

Personne ne lui vient en aide alors qu’il y avait visiblement du monde dans cette file d’attente. Pire, « la dame derrière elle, l’a félicitée », précise la jeune maman. « Le reste de la file a baissé la tête, a ignoré. Personne n’a réagi, vraiment personne ».

Une plainte déposée mais…

Témoin de la scène grâce à un appel vidéo, une amie de Maÿlis décide de raconter l’agression sur Facebook dans un groupe bordelais. Son témoignage a récolté de nombreux commentaires de soutien. « On a eu plus de mille et quelques réactions positives. Ça m’a énormément encouragé à porter plainte », indique Maÿlis. Sauf qu’au commissariat, on lui a demandé de préciser jusqu’à quel point on voyait sa poitrine. « Il m’a quand même demandé à quel pourcentage précisément on voyait ma poitrine, je lui ai dit 0 (…) il m’a gentiment fait comprendre que c’était aussi de ma faute, que je l’avais un peu cherché », relate la maman de Nino. «  Je pense que si l’allaitement pose encore problème aujourd’hui, c’est parce que la femme est tellement sexualisée de nos jours », déplore-t-elle.

Aujourd’hui, non seulement elle ne parvient plus à allaiter son fils mais il a la nuque bloquée. Et Maÿlis culpabilise malgré tout…

Pour rappel, il n’existe pas de règlement interdisant d’allaiter dans des lieux publics en France. Plusieurs sites de droits l’expliquent, l’exhibition sexuelle est par ailleurs caractérisée par le fait de montrer certaines parties du corps se rattachant à l’acte sexuel en public, et la conscience d’offenser la pudeur d’autrui. Ce qui n’est pas le cas lors de l’allaitement."

Note de ma pomme: Cette déplorable affaire s'est déroulée à Bordeaux, dans cette France du 21e siècle, autrefois patrie des Lumières et des droits de l'Homme.

Je n'ai pas lu un tweet de Gérard Darmanin, ministre de la police à ce sujet, ni de sa pote dans ce même ministère de Marlène Schiappa, ministre chargé de la Citoyenneté avec un grand C. Quant à la ministre de Macron chargée des Droits des Femmes avec un grand F, pas de tweet non plus. Mais qui connait son nom quand notre pays dénombre 90 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2020?

Allez, dans notre France aux racines très chrétiennes, pris sur Wikipédia, la statue de la Vierge allaitant l'Enfant, datée du XVe siècle.

Bordeaux: une maman giflée dans une file d’attente parce qu’elle donnait le sein à son bébé

Commenter cet article

caro 26/05/2021 10:02

Ce qui m'inquiète beaucoup et me révolte c'est que ces agressions soient portées par des femmes, la sororidad dans nos territoires a du mal à trouver son chemin il me semble. Je n'ai jamais voulu allaiter en public de mon temps car c'était encore plus mal vu que maintenant , moins courant également et j'avais vu un jour que j'allaitais mon fils sur la page sous mon parasol et sans que l'on ne distingue mon sein, le regard des gens alors que ne les choquaient pas des seins nus déformés et tombants exhibés par d'autres à côté. C'est le sein nourricier qui gêne, cette autonomie et cette liberté de la femme qui a choisi de vivre selon ce que la nature lui a offert, cette "animalité" pensent-ils, car le sein qui nourrit perd alors son caractère sexuel, le seul que la société dénaturée dans laquelle l'on vit lui autorise. Il faut que les choses bougent et peut-être que l'agression de cette jeune femme peut créer un précédent, je l'espère.

Le Mantois et Partout ailleurs 26/05/2021 10:24

D'accord pleinement avec toi. Et sur cette agression d'une femme sur une maman, la femme est l'avenir de l'homme, mais pas dans une société capitaliste où le paraître communément prime sur le être pleinement, surtout pour une femme.