Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Comme un coup de poignard dans le dos à Mantes-la-Jolie (suite)
Comme un coup de poignard dans le dos à Mantes-la-Jolie (suite)

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Mantes-la-Jolie... qu'il ne lira sûrement pas

Monsieur le Maire

Je vous avais écrit avant la fin de l'année 2020 au sujet des travaux des employés territoriaux effectués dans une friche, en cet état depuis des lustres. Ladite friche de plus 6 00 m2, au coeur même du quartier de Gassicourt, donne sur le boulevard du maréchal Juin, l'ex-Nationale 13 pour les plus anciens habitants dans la ville que vous administrez.

Je vous avez sollicité parce que jusqu'à présent, le propriétaire ne l'entretenait jamais, ce qui était dommageable en nuisances de toutes sortes pour les propriétés voisines, dont la mienne. Et que les services municipaux nettoient une parcelle privée m'interpellait.

Vous m'aviez écrit que votre adjoint chargé des travaux allait me répondre. Hélas, comme la soeur Anne, jusqu'à ce jour, je n'ai rien vu venir.

En revanche, à votre place, un courrier recommandé avec accusé de réception est arrivé dans ma boite aux lettres, en date du 6 janvier 2021. Il émane de l'Office public foncier d'Île-de-France et m'informe d'un gigantesque projet immobilier sur le boulevard du maréchal Juin entre les rues Emile Zola et Edouard Vaillant, à la place de 3 immeubles collectifs, de 3 commerces de proximité, de quelques petits pavillons de banlieue et de la demeure et du cabinet d'un orl. Ce qui n'est pas rien.

Si je comprends le courrier de l'Office public foncier, à terme, si je ne procède pas à la cession de ma propriété, c'est l'expropriation après la préemption de la mairie de Mantes-la-Jolie, pour satisfaire des appétits affairistes dans l'immobilier au détriment de vos concitoyens qui pensaient vivre dans ce quartier, malgré tout, heureux le restant de leur âge.

Mais, d'après ce que j'entends, votre choix politique en a décidé autrement.

Quant à la réponse de l'adjoint au maire à ma première interrogation, qu'il ne prenne pas la peine de m'écrire.

Dans la ville que vous administrez, l'affairisme passe bien avant le quotidien des Mantaises et des Mantais, notamment sur le boulevard du maréchal Juin, entre les rues Emile Zola et Edouard Vaillant.

Commenter cet article