Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Brr! Si je me souviens de mes cours en anglais, qui remontent juste après la naissance de Jésus, Black Friday signifie Vendredi Noir. Et encore que je n'étais pas le number one à cette époque. Mais pour autant, pas de quoi se réjouir avec un Black Friday. Non?

Black Friday or not Black Friday?

- Une fois encore, tu déconnes grave Roger. Tu vis toujours comme du temps des dinosaures, quand même Dieu-qui-est-dans-le-ciel n'existait pas. Le Black Friday a été inventé dans la libre Amérique. C'est un évènement commercial, libre et non faussé, d'une journée qui se déroule le vendredi suivant la fête de la dinde -et pas du dindon de la farce- dite de la Thanksgiving. Il marque traditionnellement le coup d’envoi de la période des achats des fêtes de fin d'année et on fait de très bonnes affaires. La preuve en dessin:

Vous êtes ici en english dans le texte

Vous êtes ici en english dans le texte

Le Black Friday permet-il vraiment de faire de bonnes affaires ?

Sous la pression du gouvernement, cette grande opération commerciale s’apprête à être reportée. Mais elle aura bien lieu. La probabilité d’y faire de bonnes affaires « est minimale », selon l’UFC-Que choisir.

"Le but de retarder serait notamment d’éviter la cohue dans les magasins à l’approche de Noël. Mais, sachant qu’une majorité de Français prévoit d’acheter en ligne, pas dit que cela change grand-chose sur le plan sanitaire. En revanche, la polémique fait un bon coup de pub à ce Black Friday (vendredi noir).

De fausses ristournes ?

Souvent oui, et la date n’y changera rien. En 2018, l’UFC-Que choisir avait passé au crible plus de 30 000 produits soi-disant vendus à prix cassé (tablettes, lave-linge, casques audio, etc.). Résultat : le prix n’avait baissé que de 7,5 % en moyenne le 27 novembre. Bien loin des -50 %, voire -70 % affichés, qui poussent aux achats compulsifs et rarement nécessaires. La plupart du temps, le prix est le même avant, pendant et après l’opération commerciale. « La probabilité de faire de bonnes affaires est minimale, et celle de se faire arnaquer maximale » , met en garde Alain Bazot, président de l’association de consommateurs.

Comment est-ce possible ?

Par un simple tour de passe-passe, qui consiste à gonfler artificiellement les prix pour ensuite les baisser de nouveau, faisant ainsi croire à une promotion. Ce « numéro d’illusionnisme » est possible car aujourd’hui, en France, rien n’encadre le prix de référence. La seule condition qui s’impose au marchand est de ne pas vendre à perte. "

Note de ma pomme: "La multiplication des changements de prix est une manière de faire perdre au consommateur l’évaluation qu’il a du prix juste", affirme même Marie-Paule Benassi, la gentille dame chargée de la politique des consommateurs à la très gentille Commission européenne de l'UE du capital. C'est dire! Ceci dit, je dis rien.

Sinon ce dessin, peut-être...

Black Friday or not Black Friday?

Commenter cet article