Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le milliardaire, la bible et le fusil

Voilà comment a été immortalisé le président de la libre Amérique, à Washington, sa capitale, brandissant une bible après avoir ordonné de disperser violemment une manifestation pacifique de plusieurs centaines d'opposants devant la Maison blanche. Et dans son discours, Donald Trump a promis du plomb, du sang et des larmes envers qui ne respecterait pas son ordre au service du capitalisme dans le pays du dollar, mais aussi partout dans le monde.

Les USA s'embrasent depuis qu'un Afro-américain est mort en pleine rue, par étouffement de la part d'un policier blanc. Une fois de plus, les USA sont confrontés à des manifestations et des désordres. Des centaines de milliers d'Américains de toutes les couleurs manifestent en ce moment contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales, exacerbées par la crise du covid-19.

Dans ce pays le plus riche au monde mais sans protection sociale pour celui qui n'a pas d'argent, les millions de chômeurs et les milliers de morts par le coronavirus se relèvent parmi les défavorisés par le fric roi, ceux que le libre Amérique  dénomment Afro-américains, Latinos ou autres Amérindiens, eux confinés dans des réserves depuis l'époque de Buffalo Bill et des tuniques bleues.

Donald Trump a brandi la bible devant une église à quelques centaines de mètres de son palais présidentiel. Pas pour prier à la réconciliation nationale. Mais pour promettre l'envoi de l'armée contre ses opposants. Et il a tonitrué urbi et orbi: “Notre pays est grand. C’est ce que je pense. C’est le plus grand pays du monde. Nous allons le rendre encore plus grand. Nous allons le rendre encore plus grand et cela ne prendra pas longtemps. Ce ne sera pas long. Vous voyez ce qui se passe? Ça revient. Ça revient en force. Notre pays sera plus grand que jamais.”

Donald Trump a convié chez lui les dirigeants des pays les plus riches de la planète. La France de Macron en sera.

Hier soir, dans cette France-là, à Paris, 20 000 personnes se sont rassemblées alors que la manif était interdite par la police de Castaner.  Ces manifestants rendaient hommage à Adama Traoré, victime de violences des forces de l'ordre dans le pays des droits de l'Homme. Mais aussi à George Floyd, terrassé mortellement par la police américaine.

Le 28 juin, va voir le deuxième tour des municipales françaises. Avec ou sans le peuple une fois de plus? En tout cas, les combinaisons politiciennes semblent faire partout florès, à oublier, une fois encore, les mots Liberté Fraternité Egalité et les aspirations légitimes du peuple.

Commenter cet article