Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Et si le 16 juin 2020, nous nous y mettions tous contre le pouvoir et le patronat?

A juste titre, le 16 juin 2020, GGT, FO, Solidaires et Unsa et des collectifs de défense de l'Hôpital appellent à une journée nationale de manifestation et d'action. Ils revendiquent la revalorisation générale des salaires, la reconnaissance des qualification, un plan de recrutement et de formation pluridisciplinaire, une augmentation des budgets, l'arrêt des fermetures d'établissements, de services et de lits, ainsi que des mesures facilitant la prise en charge et l'accès au soin de l'ensemble de la population à l'échelle nationale. Pour cela, ils encouragent les usagers à se joindre à leur mouvement.

Vous, amis et camarades qui me lisez, comprendrez que je m'associe totalement à cette action nationale, surtout que le "Ségur de la Santé", mis en place par le pouvoir, fait du surplace dans le ronron du dialogue social à la sauce du capital.

Dès lors, je vous informe de la position de la CGT-Chimie. Le 16 juin, elle appelle ses syndicats et les travailleurs dans ce secteur d'activité à la grève. Extraits pris dans son appel ci-dessous en lien:(...) Cette crise n’a absolument pas été créée par le coronavirus, qui n’a pas contaminé un organisme sain mais un organisme déjà au bord du gouffre. Ainsi, le PIB avait déjà reculé de 6% au premier trimestre, alors que le confinement n’a démarré que mi-mars.

Si on a manqué de masques, de gel, de respirateurs, de places d’hôpitaux, provoquant trois fois plus de morts en France qu’en Allemagne pour un nombre de cas comparables, c’est que l’industrie a été détruite dans notre pays. Oui pour mémoire, il y a un lien direct entre emploi industriel et emploi de service, y compris public !

Nous avons besoin d’une reconquête industrielle, non pas à la sauce patronale, à savoir le productivisme polluant, mais une industrie utile, répondant aux besoins sociaux et écologiques.

Pour imposer une autre société que la simple réinitialisation de l’ancienne, avec ses actionnaires qui décident « où » et « quoi » est fabriqué, avec pour seule boussole le profit, les travailleurs doivent agir !(...)

Nous devons dès à présent engager une bataille difficile, une bataille longue mais nécessaire : celle qui concerne notre avenir !

Si nous voulons vivre dans une société où le personnel hospitalier continue de gagner cinq fois moins qu’un présentateur météo à la télévision, alors ne faisons rien. Restons confinés ! Contentons-nous d’applaudir aux balcons à 20h et laissons les locaux de la CGT fermés dans les entreprises, dans les départements et à Montreuil !

Mais si nous voulons que le monde de demain ressemble à une société de fraternité, d’égalité et de liberté, alors notre devoir est de nous engager dans la lutte."

Et si le 16 juin 2020, nous nous y mettions tous contre le pouvoir et le patronat?

Oui, le capital et ses supplétifs au gouvernement de la France, comme ses parlementaires de la droite Sarkozy-Fillon ou de celle de Macron, ont déjà engagé le combat de classes. Hier, dans ma chronique, je concluais par "qu'attend-t-on pour déconfiner les luttes?".

Chiche ou pas?

Commenter cet article