Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'épidémie mortelle du coronavirus ne change pas la politique de l'Elysée. L'Agence régional de Santé du Grand-Est confirme que 174 lits et 598 postes seront supprimés au CHU de Nancy à partir de 2020.

Pour le jour d'Après, Macron fait exactement comme pour celui d'Avant

De plus, Macron a commandé à la très fidèle Caisse des dépôts et consignations un rapport pour accélérer la marchandisation de la santé publique.

Dès lors, chacun peut comprendre pourquoi la véritable hécatombe qui se produit dans les ehpad privés n'est pas révélée à l'opinion publique. Et les charognards de la finance sont d'ores et déjà aux portes de l'hôpital public.

Jusqu'au 30 juin, le palais présidentiel de notre mauvaise république a les mains libres avec le vote des parlementaires godillots. Il n'a plus de compte à rendre à quiconque. Et cerise sur le gâteau, le Conseil constitutionnel, chargé du respect de la Constitution, est en congé d'office jusqu'au 30 juin, sans qu'aucun de ses membres ne s'en émeuve. Ni d'ailleurs les constitutionnalistes qui vivent sur ladite Constitution.

Croyez-vous vraiment qu'après le 30 juin, le jour d'Après ne soit pas comme celui d'Avant?

Si oui, reprenez ma chronique depuis le début.

Sans parler du Code du travail raboté par la loi socialiste El Khomri et celle d'un ex-banquier d'affaires à partir de juin 2017.

Pour le jour d'Après, Macron fait exactement comme pour celui d'Avant

Dans France 3-Lorraine, le dirlo de l'Agence régionale du Grand-Est réplique aux signataires de la lettre ci-avant:

"Ce n'est pas moi qui ai approuvé ce plan. C'est la ministre de l'époque, Agnès Buzyn et je rappelle qu'il a été approuvé localement."

C'est à dire que le Conseil de surveillance du CHU de Nancy et la droite locale, celle de Sarkozy-Fillon et celle de Macron, et pourquoi la drauche de François hollande, ont approuvé ledit plan de suppression. CQFD.

Mais dites-moi aussi, quel Conseil de surveillance d'un hôpital public en France s'est-il élevé  contre les directives d'une ARS, lesquelles directives provenaient d'une recommandation expresse de la Commission européenne à tous les états membres de l'UE du capital?

Commenter cet article