Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Masque ou pas masque: un mensonge d'état supplémentaire.

Dans un autre temps, cette image aurait pu prêter à sourire. Mals la pandémie du covid-19 et ses plus de 10 300 morts depuis le début obligent au contraire. Et sur les masques, Jérôme Salomon, professeur de médecine et directeur général de la Santé, disait le 26 février dernier: "Il n'y a pas de sujet de pénurie".

Ben oui, un mois plus tôt, avant de faire le tour des popotes de droite pour les municipales à Paris, Agnès Buzyn, ci-devant ministre des Solidarités et de la Santé(sic), affirmait: "des dizaines de millions de masques sont en stock en cas d'urgence. (...)  Tout cela est parfaitement géré par les autorité. Et si un jour il fallait porter le masque, nous les distribuerions. Il n'y a aucune raison d'aller en acheter". Sous entendu en France ou à l'étranger.

Le nez des politiciens ne s'est pas allongé et la pénurie des masques est bien là. Et il ne s'allonge pas toujours quand le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé(sic), Olivier Véran, toubib hospitalier dans la société civile, annonçait à cor et à cri avoir commandé plus de 250 millions de masques à des fournisseurs chinois.

 Et puis, paf dans le pif, Jean-Yves Le Drian, ex-ténor socialiste et ministre de la Guerre de Hollande président, devenu ministre des affaires étrangères du patronat français sous Macron président, dit à la cantonade que le pont aérien mis en place apportera les dits masques d'ici à la fin du mois de juin, soit du 6 avril au 30 juin. Un pont aérien avec des trous donc. A moins que l'armée française n'ait pas plus d'aéronefs à faire voler. Qu'en dis-tu Jean-Yves, ex-ministre de la Défense sous Hollande président?

Mais dans le monde d'en bas, celui du personnel soignant et celui qui nettoie l'hôpital public, il n'y a pas assez de masques pour en changer tous les 4 heures. Et dans les ehpad, contrôlés par le capital, c'est pire encore.

Un communiqué de la CGT HAD AP-HP sur l'hécatombe qui se produit dans ces établissements. "Les ehpad ne sont pas de lieux de soins", affirme-t-elle.

Masque ou pas masque: un mensonge d'état supplémentaire.

Commenter cet article