Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

E3C n'est pas une nouvelle grenade dont use la police de Christophe Castaner. Mais le nom du bac proposé par le ministre de l'école, Jean-Michel Blanquer. Celui-ci vient de cette société civile chère à un ex-gérant associé de la banque d'affaires Rothschild. Il fut dirlo général de l'enseignement scolaire pour le ministre de l'éducation nationale, sous Nicolas Sarkozy. C'est dire qu'il n'est pas ni droite ni droite, mais carrément de droite et sa réforme du bac, dénommé poétiquement E3C, est du même métal.

Comme tous les ministres du gouvernement, il a des idées forcément de droite. Au hasard, sur l'enseignement privé: "L’enseignement privé pourrait être un partenaire plus important encore du service public par sa capacité à expérimenter et à accompagner certains des grands enjeux sociaux et sociétaux de notre temps", tiré de son bouquin  L’École de demain. Propositions pour une éducation nationale rénovée.

Du coup, sa réforme du bac, dénommée très joliment E3C, s'attire en ce moment les foudres des lycéens et des enseignants. Du moins pour ceux-ci, les enseignants pour la justice sociale et le progrès. A ce sujet, le maire d'extrême droite de Mantes-la-Ville (78), professeur de son état d'avant, ne formule aucune opposition contre le bac E3C. Comme quoi, les beaux esprits réactionnaires se rencontrent toujours.

Pour en revenir à mon premier sujet, ça gaze et ça gaze fort contre la colère lycéenne. Encore un exemple:  Alors qu'ils bloquaient le lycée Guist'hau, jeudi à Nantes, des élèves ont été délogés par des policiers à coups de matraques et de gaz lacrymogènes, titre France Bleu Loire Océan du 30 janvier 2020. La photo qui va avec et l'article en lien:

Donc, ça bloque devant de nombreux lycées, et ça bastonne et ça gaze du côté du duo Castaner-Banquer. L'article de Basta, en lien, est à lire également jusqu'au bout:

"Essayez la dictature et vous verrez !": Emmanuel Macron en colère face aux critiques sur sa politique, sans rire du tout.

Commenter cet article