Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

A écouter les économistes et les médias de la pensée capitaliste, il faut détruire les régimes spéciaux de retraite (2% de la population retraitée), travailler plus et gagner moins à la retraite et surtout programmer une retraite à points. En effet, claironnent les commis du grand capital, tout en allégeant les cotisations des entreprises, on irait vers une retraite universelle, plus juste et plus humaine(sic).

Sans trop entrer dans le détail, pour la retraite complémentaire des travailleurs du privé, depuis 20 ans, le rendement du point a baissé de 15% et doit continuer à baisser d’ici 2030. Par la grâce des syndicats réformistes Cfdt, Cftc et Ggc en "Union sacrée" avec le patronat.

Quant au capitalisme juste et humain, si l'on regarde un tout petit peu l'état du monde, si cela était vrai, cela se vérifierait.

Système actuel des retraites: de quoi parle-t-on?

Sur son blog Commun Commune, El Diablo retranscrit une tribune:

Avant la seconde guerre mondiale
En 1764 fut créée la 1ère pension vieillesse, pour les militaires, puis pour les marins. En 1790 après la révolution française, la loi prévoit un accès à une pension pour les personnels de l’Etat militaires et civils, en 1853 pour les PTT, les manufactures de tabacs et allumettes, l’Opéra et la Banque de France. Certains employeurs privés (de façon marginale) pour fidéliser un main d’œuvre qui subit des conditions de travail très dures : hauts fourneaux – chemins de fer- mines- versent, sous la pression des syndicats, des pensions aux vieux travailleurs.

Les pensions sont fondées sur la capitalisation de cotisations obligatoires. Bien qu’elles constituent un avantage enviable pour les salariés qui n’en bénéficient pas, ces pensions dans les faits ont peu de bénéficiaires. L’espérance de vie est basse. La CGT a calculé qu’en 1903, à peine 5% des travailleurs concernés atteignent les 65 ans retenus pour en bénéficier. En 1930, 2,5 millions sont couverts par les droits à une pension sur 18 millions de travailleurs concernés.

La suite en lien:

 

Commenter cet article