Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La venue sur place de 2 sous-ministres ne changera pas la politique du palais de l'Elysée en faveur du capital

Mirepoix-sur-Tarn (31): un pont routier qui s'écroule

Deux morts et des blessés, cette catastrophe rappelle hélas le manque de moyens pour l'entretien des ponts en France, chef de file avec l'Allemagne de l'UE du capital

Le pont routier de Mirepoix-sur-Tarn est à la charge du département de Haute-Garonne, mauvaise décentralisation oblige, mais avalisée par la gôche et la droite au gouvernement. De ce fait, l'Etat botte en touche.

Le Conseil départemental de Haute-Garonne investit toutefois 4 millions d'euros chaque année pour l'entretien et la rénovation des ponts qui lui appartiennent. Cela peut paraître beaucoup. Mais rapporté aux 1 841 ponts du département, cela équivaut à 2 200 euros par pont chaque année. D'autre part, le pouvoir étrangle toujours plus les collectivités locales et territoriales en abaissant les dotations en matière notamment de services publics, d'école ou d'infrastructures routières.

"Sécurité des ponts: éviter un drame", tel était en juin dernier le rapport de la mission d'information sénatoriale sur la sécurité des ponts remis à l'Elysée.

Ce rapport intervenait suite à l'effondrement catastrophique du pont de Gènes en Italie, 3e puissance de l'UE du capital: 43 morts et 16 blessés en août 2018.

Emmanuel Macron, ex-banquier d'affaires, et ses commis au gouvernement ont fait comme si ledit rapport sénatorial n'existait pas. CQFD.

Commenter cet article