Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

3 septembre 1939, la France s'en va en guerre mironton mironton mirontaine

Edouard Daladier est le chef du gouvernement français. Il est celui qui a signé le honteux traité de Munich avec Hitler pour offrir la Tchécoslovaquie à l'Allemagne nazie en guise de "paix", en septembre 1938.

Auparavant, en mars 1936, Hitler avait envahi la zone démilitarisée de la Rhénanie, déchirant de facto le traité de Versailles. Auparavant, en mars 1935, Hitler avait rétabli le service militaire obligatoire en Allemagne, portant la Wehrmacht à 500 000 soldats et 36 divisions, première violation flagrante du traité de Versailles. En mars 1938, l'Allemagne hitlérienne avait annexée l'Autriche, puis croqué la Tchécoslovaquie.

L'appétit nazi se tourne alors vers la Pologne. Qui se soucie de ce pays qui a pourtant un accord militaire avec la République française? Certes, la France le lui confirme le 13 avril 1939. Mais le général Gamelin, chef de l'armée française, s'empresse d'ajouter que l'accord ne sera valide qu'après la signature d'un accord politique. Ce qui n'interviendra jamais.

Le 1er septembre 1939, sans déclaration de guerre, le Reich hitlérien, fort de 52 divisions, attaque la Pologne. La France entre alors en guerre. Mais pas plus loin que la ligne Maginot. Elle rêve  d'un nouveau traité de Munich, une sorte de paix de compromis avec Hitler.

90 divisions françaises vont alors prendre position principalement le long de la ligne Maginot et y prendre racine. L'artillerie lourde française aligne 1 600 canons contre 300 côté allemand. Les Allemands ne disposent pour l'instant que de 40 divisions sans char ni aviation.

Il suffit d'avancer. N'est-on pas en guerre contre l'Allemagne nazie? C'est ce que fait l'armée française qui perce en Sarre. Mais le général Gamelin lui fait repasser la frontière.

Alors débute ce que l'histoire dénomme la "drôle de guerre", l'armée française attend derrière la frontière. "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts", claironne toutefois à tout va la propagande officielle.

L'offensive allemande du 10 mai 1940, qui a récupéré soldats, blindés et aviation en Pologne, prend à revers la ligne Maginot. Le 18 mai, Pétain est nommé vice-chef du gouvernement. Le 16 juin, il en est le seul responsable. Le général Weygand avait remplacé Gamelin comme chef des armées françaises. En accord avec son chef d'état-major, Pétain annonce à la radio qu'il faut cesser le combat, alors que la France n'est nullement défaite.

Mais cela a un effet dévastateur sur le moral des troupes et précipite de fait l’effondrement des armées françaises. Du 17 juin à l’entrée en vigueur de l’armistice du 22 juin, les Allemands font plus de prisonniers que depuis le début de leur offensive.

3 septembre 1939, la France s'en va en guerre mironton mironton mirontaine

La suite, vous la connaissez. Le 11 juillet 1940, Pétain s'arroge tous les pouvoirs (constituant, exécutif, législatif et judiciaire) et devient "Chef de l'Etat français". La République n'existe plus. Le régime de Vichy entre en collaboration d'état à état avec l'Allemagne nazie, le 24 octobre 1940.

Commenter cet article