Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Il y a 230 ans, le peuple de Paris montait à l'assaut de la Bastille de la monarchie absolue de droit divin. Il y a 230 ans, dans les campagnes, les nantis de l'époque, la noblesse et le haut-clergé, affolés par la Grande Peur, faisaient abolir leurs privilèges et leurs droits seigneuriaux par l'Assemblée nationale constituante.

Eté 1789-été 2019: où en est-on?

En cet été 1789, un ex-banquier d'affaires siège dans le palais de l'Elysée, porté au pouvoir par le capital aidé par quelques autres. Il gouverne par ordonnances anti-sociales et à l'Assemblée nationale, sa majorité de députés godillots est le fervent commis de la politique qu'il conçoit au service du capitalisme.

Je ne sais pas si vous l'aviez remarqué, mais monsieur Benalla, malgré les casseroles à ses basques, court toujours au vu et au su de notre état républicain dit de droit. Un ancien ministre et ex-président de ladite Assemblée nationale, débarqué pour ne pas trop pourrir l'été de Manu 1er, se considérant plus blanc que blanc et invité par les médias aux ordres, quémande son retour dans le gouvernement de droite et de droite.

Comme au temps de la lettre de cachet et de l'embastillement, on peut mettre à genoux, les mains sur la tête, des lycéens de Mantes-la-Jolie et un policier, sans être réprimandé, peut faire passer la vidéo sur les réseaux sociaux. Comme avant l'été 1789, un jeune homme de 24 ans, lors de la Fête de la musique, tombe dans la Loire à Nantes et se noie sans qu'il n'y ait eu un lien avec une charge de la police.

Je ne sais pas si vous l'aviez remarqué. C'est l'été 2019 et les vacances. Bonnes vacances donc à ceux qui ont eu la chance des les avoir prises ou qui vont les prendre.

Pour le reste, ça ira bien. Et le 23 juin 1789, comme disait Louis XVI devant le tiers-état se constituant en Assemblée nationale: "Messieurs, je croyais avoir fait tout ce qui était en mon pouvoir pour le bien de mes peuples lorsque j'avais pris la résolution de vous rassembler, lorsque j'étais allé pour ainsi dire au devant des voeux de la Nation, en manifestant à l'avance ce que que je voulais pour son bonheur (...)."

Commenter cet article