Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Enfin, pas tout à fait le homard. Sitôt démissionné par le palais de l'Elysée, sitôt remplacé par Elisabeth Borne, ministre des transports du capital. Comme quoi, le gouvernement de droite et de droite a de la suite dans les idées.

Madame Borne vient de cette société civile si chère à Manu 1er pour ripoliner le capitalisme en "Nouveau monde".

Son cv est plus qu'éloquent: Longtemps à gôche, elle sert dans plusieurs ministères socialistes En 1997, elle devient même conseillère en matière des transports du premier ministre socialiste Lionel Jospin. En 2002, toujours à gôche, elle est directrice de la stratégie à la SNCF. De 2008 à 2013, elle devient directrice générale à l'urbanisme à la mairie socialiste de Paris.

Question écologie, elle en connait un rayon. Elle a été directrice du cabinet de la socialiste Ségolène royal, ministre de gôche de l'écologie.

Hier, en tant que ministre de la casse du rail public, elle a autorisé à faire rouler le train de primeurs Perpignan-Rungis. Pour amuser le chaland, puisque les wagons étaient remplis de vide.

Pour en revenir à François de Rugy, il devrait retrouver son fauteuil doré de député de la majorité pour les riches et le capital.

Comme quoi en poltique politicienne, il n'y a jamais de morale dans un histoire.

François de Rugy: finalement, homard l'a tuer

Commenter cet article

écolosemblant223 24/07/2019 19:22

Les températures atteignent des pics inédits du fait du réchauffement & du dérèglement climatiques.Au cours des prochaines décennies les pics de chaleur devraient se multiplier et atteindre des sommets inégalés avoisinant les 50°c.Il est évident que ces vagues de chaleur répétées auront des impacts négatifs sur les organismes humains notamment des + fragiles.L’espérance de vie des êtres humains en sera donc affectée.Qu’ont fait les dirigeants français au cours des dernières années pour faire face à cette crise climatique ?Ils se sont souvent évertués à faire croire qu’ils faisaient quelque chose pour enrayer la crise climatique.En fait,tels des aristocrates d’ancien régime,avec l’argent public,ils se sont servi de généreux salaires,ils n’ont pas lésiné sur les dîners somptueux et ont fait preuve d’une étonnante largesse pour réaliser des travaux dispendieux destinés à améliorer le confort de leurs luxueux appartements de fonction.