Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dans la société capitaliste française, où une petite minorité détient un pognon de dingue, existent des derniers de cordées. Mais vraiment des derniers. Hollande les dénommaient "sans-dents", son successeur des "gens qui n'ont rien". Sarkozy voulait les "karchériser". Chirac détestait leur soi-disant "odeur" qui n'était pas de son monde civilisé.

Dans le GRRAND machin chose politicard, initié par Manu 1er et tous les siens, pas une ligne n'est accordée à ces nouveaux Misérables. Et demain, après le message de qui-vous-savez à la téloche, ce ne sera pas la veille qu'ils soient rasés gratis.

Le 22 avril, le DAL et des familles sans-abri, qui occupent le gymnase Roquépine à Paris dans la plus totale indifférence, se sont rassemblés dans un square face à Notre-Dame pour réclamer un toit. "Un milliard d'euros en 24h pour le toit de Notre-Dame et rien pour les sans-toit !", ont clamé les manifestants.

Les téloches au service des riches et du capital n'en n'ont pas parlé. Mais que Notre-Dame-de-Paris, Dieu merci, soit protégée, oui!

Pour autant, comme le dit si bien l'ex-banquier d'affaires locataire  dans l'HLM de la République qu'est le palais de l'Elysée pour lui tout seul, on n'a pas un pognon de dingue en France.

capture d'écran

capture d'écran

Commenter cet article