Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Violences sexuelles, des jeunes communistes accusent: nous ne nous tairons plus jamais

Ce mercredi 6 mars, la Une du journal l'Humanité ne fait pas dans la dentelle. Et à l'intérieur du journal, l'éditorial et 3 pages sont consacrés aux "violences sexistes et sexuelles" commis par des hommes sur des jeunes filles au sein de la Jeunesse communiste.

La lecture du journal est édifiante et donne la nausée, sinon plus. En effet, ces agressions -et non pas violences, le détail est dans le mot- ont été perpétrées, si elles ne le sont pas encore, dans une organisation de jeunesse revendiquant à juste titre la révolution des rapports humains et sociaux, et l'égalité pleine et entière des femmes dans leur quotidien.

Dans un communiqué du lunidi 4 mars, le Pcf réagit sous le titre: "Face aux violences sexistes et sexuelles: c'est tolérance zéro!" Mais pourquoi ne pas avoir titrer agressions au lieu de violences? Pour autant, le détail étant dans le mot, la réaction du Parti communiste est courageuse et salutaire.

On est loin du tristement célèbre procès en diffamation de Denis Baupin dans lequel les anciennes dirigeantes d'EELV ont défendu ou conspué ledit Denis Baupin dans ses agissements à l'encontre des femmes.

Cette fois, par son communiqué, c'est tout le Pcf qui s'engage.  Il n'était que temps, la lecture de l'Huma montre que pour ne pas entâcher l'image "révolutionnaire" du Parti, la parole des jeunes femmes victimes d'agressions sexuelles a été minorée, pire censurée par les directions de ce même parti.

Hélène Bidard, toujours dans l'Huma de ce jour, responsable nationale de la commission féminisme et droits des femmes du Pcf, en guise peut-être de conclusion semble déplorer: "il y a une vraie lacune dans la législation pour accompagner les partis politiques sur ces questions-là, il faudrait inventer autre chose".

Si je peux me permettre: Compter sur une Assemblée nationale et un Sénat à majorité réactionnaire et à majorité du sexe dominant, n'est aucunement la meilleure façon d'une exigence d'un monde meilleur, surtout pour les femmes et pour tous les opprimés par l'idéologie machiste.

Commenter cet article