Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

On ma écrit à propos de la déclaration de la CGT du 78 sur la présence de Dieudonné au péage de Buchelay dans le cadre d'une action des gilets jaunes

Sous la signature de Marx, voici le commentaire: "je trouve votre appel le comble de la langue de bois et de la mauvaise foi;il y a des centaines de milliers de manifestants à la campagne et en ville qui se battent avec beaucoup de sincerite et de finesse : nouvelles formes de lutte, cahier des doleances hyper travailles, coordination des luttes etc... et la majorite des francais soutient les gilets jaunes; dans beaucoup d'endroits les policiers et les marins pompiers fraternisent plus ou moins avec les contestataires; les citoyens sont formidables avec leur mouvement qui draine employes artisans salaries du public et du prive, jeunes, retraites, familles, agriculteurs etc..les femmes sont en pointe au niveau de la participation un peu partout .heureusement toutes les ud se suivent et ne se ressemblent pas ! les gilets rouges sont au coude à coude avec les gilets jaunes c'est ça la realité ne vous deplaise ! je suis tres déçue par votre article ! avec en plus une allusion à dieudonné ridicule ! comme si cela remettait en cause la determination des gilets jaunes ! niet camarade "

Et ma réponse: " Monsieur l'anonyme, me faire dire que je ne soutiens pas les colères légitimes qui s'expriment contre l'injustice sociale et pour l'augmentation générale du pouvoir d'achat c'est lire mon blog avec les yeux fermés, blog signé par mon patronyme et pas anonymement. Quant à Dieudonné, pour avoir été condamné par la Justice pour incitation à la haine et tenue de propos antisémites, ce n'est surtout pas mon camarade de combat et d'espoir d'une France républicaine, égalitaire et fraternelle.
Ne vous en déplaise, à bon entendeur, salut."

Note de ma pomme: j'ai placé cette chronique dans la catégorie Chemins de faire, parce qui aime la démocratie, la justice sociale et les libertés me suivent. Mais ce n'est surtout pas une obligation.

Commenter cet article