Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le non l'emporte avec 56,8% pour le maintien de l'archipel dans la France. Mais la forte mobilisation des électeurs (80,63%) et une poussée du vote indépendantiste (43,6%) montrent que l'idée d'indépendance n'est pas rien dans un pays recensant 39,1% de Kanak (les autochtones), 27,2% d'Européens (Caldoches et métropolitains) et 33,7% d'autres Calédoniens, notamment des Polynésiens, des Asiatiques, etc.

Le camp colonial n'a pas fait la fête hier à Nouméa dès le résultat du référendum. L'extrême droite raciste et la droite calédonienne ont remis en cause aussitôt les accords de Nouméa autorisant la tenue de deux nouveaux référendums d'ici à 2022, si un tiers des élus au Congrès de la Nouvelle Calédonie le vote. Or les élus indépendantistes détiennent un peu moins de 50% des voix.

Le camp colonialiste a fait grise mine dès le résultat du référendum. Les sondages, formatés pour endormir les esprits, prédisaient une victoire nette du non à l'indépendance avec 66% des voix. Et du côte de L'Elysée, de la droite métropolitaine ou calédonienne, c'était "la France ou le chaos". Ces mêmes réactionnaires escomptaient également sur une démobilisation du camp indépendantiste divisé entre le oui et élection piège à cons.

La Nouvelle Calédonie est inscrite par l'ONU sur la liste des territoires à décoloniser depuis 1986. Et encore aujourd'hui, en la matière, il y a loin de la coupe aux lèvres devant les inégalités sociales et territoriales inscrites dans un pays de 280 460 Calédoniens. Quelques exemples: des villages Kanak n'ont ni eau ni électricité; 36% de Kanak sans aucun diplôme contre 17% de non-Kanak; 45% de Kanak de moins de 25 ans sans emploi contre 15% pour la même catégorie d'âge non-Kanak. Quant à la vie chère sur l'archipel, les salaires des Européens sont sans aucune mesure avec les salaires concédés aux Kanak et aux autres minorités.

Manu 1er s'est extrait de sa pause normande pour soliloquer à la télé ce dimanche. Lui aussi espérait une écrasante majorité dans le vote colonialiste. Il s'est contenté de saluer sa "fierté que la majorité ait choisi la France".

Certes, notre révérendissime. Mais le processus de décolonisation est enclenché en Nouvelle Calédonie et le coup est passé si près que votre beau chapeau est tombé.

Capture d'écran TV5 Monde

Capture d'écran TV5 Monde

Commenter cet article

Canaille le Rouge 05/11/2018 11:31

Et ce n'est pas fini... la droite locale ne s'y trompe pas et fait triste mine