Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour éventuellement obtenir les bonnes réponses. Pour ceux bien sûr que ça intéresse.

En effet, dans la circonscription hier détenue par Manuel Valls, la participation électorale n'est que de 18,08% en ce 17 novembre 2018. En pleine mobilisation des gilets jaunes, le pote de Manuel Valls, ex-socialiste soutenu par l'Elysée et donc par Manu 1er, arrive en tête avec 29,99% des voix. Suivent la candidate de Jean-Luc Mélenchon avec 17,82% et le candidat de l'extrême droite avec 13, 72%. A noter aussi que la droite enregistre 10,2% des inscrits. En pleine mobilisation des gilets jaunes, quitte à me répéter.

Le maire d'Evry, élu sous l'étiquette socialiste aux dernières municipales, soutenu par le pouvoir de l'argent, est donc arrivé en tête. La candidate de la France insoumise l'affrontera au 2e tour. Contre Manuel Valls élu au 2e tour la fois dernière, seulement 139 voix l'avait séparé de l'ex-député et ex-premier ministre socialiste soutenu par le palais de l'Elysée. Jean-Luc Mélenchon a-t-il aidé à faire progresser sa candidate en cette période sociale tourmentée dans laquelle beaucoup prennent le train en marche ou le regardent passer?

Si je fais bêtement les calculs pour le 2e tour, le maire d'Evry peut recueillir les voix de la droite et une large part de celles de l'extrême droite tant les portes sont grandes ouvertes entre la droite et son extrême pour la victoire en fin de compte du capital.

La candidate de Jean-Luc Mélenchon peut-elle entièrement compter sur les 10,53% de la candidate écologiste-socialiste et les 8,43% du Pcf?  Dans une situation sociale très tendue, ou malgré comment agissent les uns et les autres, la bataille pour le pouvoir d'achat passant par l'augmentation générale des salaires, des retraites et des allocations, ne reste-te-elle pas d'une urgente nécessité. Si je me trompe, écrivez-moi, je rectifierai.

Sinon, on pourrait peut-être essayer ça:

Election législative partielle Corbeil-Essonnes: se poser les bonnes questions

Ou hélas toujours ça. Mais la faute à qui?

Election législative partielle Corbeil-Essonnes: se poser les bonnes questions

Commenter cet article