Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes les femmes. C’est bien fini, c’est pour toujours, de cette guerre infâme. C’est à Craonne, sur le plateau, qu’on doit laisser sa peau, car nous sommes tous condamnés, nous sommes les sacrifiés."  Cette chanson symbolise les grandes mutineries qui ont affecté l'Armée française en 1917, à cause des offensives assassines décrétées par l'état-major. A Tournon-Saint-Martin, lors des cérémonies du 11 Novembre, après la Marseillaise, elle était chantée par les élèves du collège et de CM2. Or, pour le Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, l'Education nationale, par son directeur académique dans l'Indre, interdit formellement qu'enfants et adolescents l'entonnent devant le Monument aux morts.

Il faut savoir qu'en matière de sécurité dans les établissements scolaires, Blanquer, ministre de l'Education nationale et Castaner, ministre de la Police, préconisent des policiers armés. Après avoir sabré dans le personnel éducatif et enrayé le rôle des associations et des éducateurs dans les quartiers. Jean-Michel Blanquer, homme de droite, directeur général de l'Education nationale sous Sarkozy président de la République. Christophe Castaner, dirigeant politique de drauche sous François Hollande. N'a pas changé de bord sous Manu 1er président de la République. 

Dès lors, il se pourrait que monsieur le Directeur académique de l'éducation nationale anticipe sur une circulaire ministérielle.

Allez, la Chanson de Craonne:

En lien, l'article de La Nouvelle République:

Commenter cet article

Philippe william 28/10/2018 15:32

J'ai 67 ans et je ne connaissais pas ce pan de notre triste histoire. Mon Grand-Père Jean-Baptiste Gilibert (1896-1961) qui a fait cette guerre ne nous a jamais parlé de ces horreurs, c'est à la mort de ma Grand-Mère (1900-2001) que j'ai découvert cette partie de la vie de mon aïeul tant aimé. Je vous remercie pour cet article que je vais à mon tour faire connaître autour de moi.