Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Présidentielle Brésil: l'extrême droite aux portes du pouvoir

Ce 7 octobre 2018, avec 79,68% de participation, l'extrême droite brésilienne a failli être élue au premier tour. Son candidat, Jair Bolsonaro, qui revendique son amour pour l'ex-dictature militaire, son homophobie, son racisme et toutes autres options anti-démocratiques, obtient 46,46% des exprimés. Il affrontera au 2e tour Fernando Hadad, du Parti des travailleurs avec 28,9%. Naturellement, ce résultat de l'extrême droite m'inquiète dans le pays le plus grand de l'Amérique latine, fort de 206 millions d'habitants et de 147 millions d'électeurs.

Mais ceci dit, le Parti des travailleurs n'a pas convaincu l'électorat populaire durant toutes ces années à la présidence de la République et au gouvernement. D'essence réformiste, il s'est englué dans des affaires de corruption et n'a pas mis en route une politique sociale d'avant garde.

En dépit de la taille de son économie émergente et membre du G 20, le Brésil reste l'un des pays où les inégalités sociales et économiques sont parmi les plus élevées du monde. En 2017, le Brésil est le troisième pays le plus inégalitaire d'Amérique latine après le Honduras et la Colombie. Et toujours en dépit de son économie émergente prenant de l'ampleur, le chômage atteint les 12% avec de tristes records dans les états du Sud.

Alors, le "dégagisme", qui touche le Parti des travailleurs, mais aussi la droite réactionnaire au pouvoir après son coup d'Etat législatif, a favorisé l'extrême droite brésilienne. Laquelle obtient les faveurs de plus de 46% des exprimés dans un pays sans boussole révolutionnaire pour un vrai changement démocratique et social.

En effet, le Parti des travailleurs se situe dans l'Alliance progressiste. Et celle-ci est une organisation mondiale des partis progressistes, sociaux-démocrates et socialistes proche de l'Internationale socialiste, fondée à Leipzig le 22 mai 2013, à l'occasion des 150 ans du Parti socialiste allemand, lequel gère loyalement le business du capitalisme en Allemagne avec la droite. L'alliance progressiste a reçu l'adhésion du Parti démocrate des USA. Elle regroupe 80 partis, syndicats et ONG.

Le candidat du Parti des travailleurs a pris comme candidat à la vice-présidente du pays une communiste. Cela suffira-t-il pour écrire une page démocratique et sociale au Brésil?

Sur le drapeau de la République du Brésil sont inscrits Ordre et Progrès en portugais. On sait ce que signifie l'ordre pour un ex-militaire fascisant comme l'est Jair Bolsonaro.

Commenter cet article

dariokhos 08/10/2018 23:32

Le "parti des travailleurs" est au service du Capital, il a notamment, quand le soi-disant héros de la classe ouvrière Lula était président décidé que la retraite se ferait à 67 ans. Sui peut défendre en réalité ce bilan ? L'extrême-droite, comme ailleurs dans le monde, ne se nourrit que du rejet de la gauche, meilleur serviteur du capital, de Tsipras à Pierre Laurent, en passant par Hollande, Lafontaine et le gars de Podemos dont j'ai oublié le nom.
Arrêtons de nous focaliser sur les seules élections. Seule la révolution... Peut-être peut-elle venir plus facilement sous un régime autoritaire ultra droitier, si tant est que le parti communiste soit en capacité d'aider à son déclenchement, plutôt que d'apporter son soutien aux sociaux-démocrates.