Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Jean-Luc Mélenchon: imprécations valent-t-elles raison et action politique?

Je conçois parfaitement qu'on puisse être justement indigné lorsque, à l'heure du laitier, une ribambelle de policiers accompagnée d'un procureur -excusez du peu- vienne perquisitionner chez vous, à l'adresse du parti que vous avez fondé et chez vos potes. Les enquêtes préliminaires concernant Jean-Luc Mélenchon datent l'une de juillet 2017 et l'autre de mai 2018, si je ne m'abuse: pour des soupçons, à tort ou à raison, sur ses comptes de campagne à la dernière présidentielle; sur des soupçons concernant des emplois fictifs, également à tort ou à raison, au Parlement de l'UE. Pourquoi donc ce déferlement policier à cette date, Jean-Luc Mélenchon n'étant ni un assassin en fuite, ni un fraudeur appartenant aux forces de l'argent espérant se réfugier illico presto dans un paradis fiscal?

Ce préliminaire énoncé, les imprécations lancées sur les journalistes ensuite par le patron de la Fi m'indignent tout autant. Je pense réellement qu'il ne faut pas confondre les pommadés, chefs de gondole dans les médias qui nous servent la voix de son maître, et la profession de journaliste.

Je vous mets en ligne le communiqué du Syndicat national des journalistes CGT auquel j'adhère totalement:

L’intolérable mépris de Jean-Luc Mélenchon pour les journalistes

Une nouvelle fois, Jean-Luc Mélenchon a salement dérapé dans ses propos et dans son attitude méprisante envers les journalistes.

Notre consœur de France 3, journaliste au service politique en a fait les frais, hier mercredi, à l’Assemblée Nationale. Ne voulant pas répondre à la question de la journaliste, le député de la France Insoumise a d’abord moqué son accent du midi puis « c’est quoi votre question madame…. Madame, vous ne savez pas de quoi vous parlez…. Vous dites d’importe quoi …. quelqu’un a-t-il une question à formuler en français…. »

Le Snj-CGT condamne les propos insultants de Jean-Luc Mélenchon et apporte son soutien total à notre consœur @VeroniqueGaurel.

Le député n’en est pas à sa première dérive. En mars dernier, il attaquait  l’enquête de Radio France au sujet des comptes de campagne de La France insoumise. « Un  coup monté, venu d’une équipe de bras cassés…  une sorte de CIA médiatique vouée à propager les dénonciations. » Propos malveillants  aussi sur son blog en affirmant : « La haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine. »

On peut critiquer le travail des journalistes. On doit dénoncer une presse, des médias, des éditocrates inféodés aux pouvoirs économiques et politiques. Mais les mots employés par Jean-Luc Mélenchon vont au-delà de la critique nécessaire. Ils sont intolérables et dangereux.

La grande majorité des 35 000 journalistes de France n’appartient pas à une caste, ce sont pour la plupart des salariés qui, par leur travail d’information, tentent de jouer un rôle fondamental pour la démocratie. Une presse libre, des journalistes indépendants et protégés des pressions sont les principaux alliés de la liberté d’expression.

Par son comportement, Jean-Luc Mélenchon dessert les causes qu’il pense défendre. Le Snj-CGT  l’appelle à plus de discernement et de retenue et lui remet en mémoire qu’il n’est pas le seul à incarner «  la République » : les journalistes – au moins autant que lui – sont garants de la démocratie et de la République !

Paris le 18 octobre 2018

Note de ma pomme: Depuis, le patron de Fi, a réitéré  son exécration sur l'ensemble des journalistes de Radio France et de Médiapart. Ce qui a provoqué un communiqué de la Société des journalistes de Radio France et de Médiapart, à lire sur leur site respectif.

Et pour qu'on se comprenne bien, dans la guerre des classes, comme le dit l'Internationale: Il n'est pas de sauveurs suprêmes, ni Dieu, ni César, ni Tribun. Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes, décrétons le salut commun. Ecrites en 1871, lors de la répression contre la Commune de Paris, les paroles de l'Internationale sont de tous les temps.

A bon entendeur, salut!

Commenter cet article