Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Je suis revenu de mes Corbières natales. J'y étais descendu avec mes petits-enfants à l'occasion des 90 ans de ma mère, Antoinette Casas, veuve et avec une retraite de 895 euros. Cela dit en passant.

Figurez-vous que j'ai été pris "en otage" par la direction de la SNCF. A Mantes-la-Jolie, sous-préfecture des Yvelines et capitale du Mantois, plus de guichet pour réserver un train de grande ligne. Cela s'est passé lorsqu'une député de gôche représentait le Mantois comme élu de la nation, laquelle a voté la casse en 3 du rail public, ouvrant ainsi une voie royale à Macron. Mais la droite qui gouverne la communauté des communes n'a rien dit non plus sur la fermeture du guichet réservation à Mantes-la-Jolie. Ceci dit en passant aussi.

De ce fait, j'ai réservé en ligne sur un site spécifique aux cheminots actifs et retraités. Mais aucune place de disponible pour ma pomme et les miens -qui eux ne sont pas des privilégiés comme moi-. Oui, aucune réservation possible bien avant que le premier jour de grève de mes camarades actifs ne se déclenche. Sauf un lendemain de grève via Avignon-Centre et un express omnibus entre les gares jusqu'à Port-la-Nouvelle. Alors que la SNCF annonçait que tous les trains roulaient normalement ce jour. Départ donc de Mantes-la-Jolie à 9h 15 pour une arrivée à 19h 30. Normalement, sans être pris "en otage", le voyage ne dure que 6 heures. Mais c'est vrai, je suis un privilégié en retraite du chemin de fer.

Bon, durant mes vacances dans le Languedoc, j'ai entendu et lu beaucoup de choses, notamment comme quoi la SNCF était un fruit pourri de l'intérieur, qu'il fallait licencier tous les cheminots et recommencer à zéro. Pour ne pas me fatiguer à répondre, ce petit dessin illustre bien ma pensée:

M...., pris en otage!

Et pour la grève de mes camarades à la SNCF, cette photo prise sur fb: Bravo à mes potes CGT-Cheminots de Toulon, de Marseille et d'Antibes!

M...., pris en otage!

Commenter cet article