Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Après de décès de Fernand Devaux, ancien interné d'Aincour't et survivant de l'enfer concentrationnaire nazie, la représentation du Théâtre des Oiseaux prend plus encore toute sa valeur. Nounours était le gentil sobriquet accordé à Fernand Devaux, matricule 45 472 à Auschwitz.

Fernand Devaux était le dernier survivant du convoi des déportés qui vont être tatoués à partir de 45 000.

Le camp d'Aincourt par le Théâtre des Oiseaux

Aincourt, le camp oublié

Premier camp d’internement où furent enfermés des militants syndicalistes et des communistes, au début de l’Occupation, Aincourt est un camp oublié. Sa courte existence d’octobre 1940 à septembre 1942, son isolement dans un bois du Vexin français, en limite du Val-d’Oise, quand Aincourt appartenaient à l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, (désormais dans les Yvelines), le fait qu’une stèle commémorative ne fut édifiée qu’en 1994, peuvent sans doute induire cette méconnaissance.
Pourtant, Aincourt fut le seul camp des internés politiques en région parisienne et le premier qui s’ouvre en zone occupée, le 5 octobre 1940. Les Allemands n’en ont pas fait la demande, même s’ils cautionnent. Ce centre de détention entre dans la politique répressive du gouvernement pétainiste à l’égard du PCF interdit. Et son ouverture devançant les souhaits de l’Allemagne nazie, est le prélude à cette collaboration sans équivoque, dans laquelle Pétain s’engage aux côtés d’Hitler.
Aincourt, comme tous ces camps tenus par l’administration française, sera l’antichambre de la déportation et de la mort. A peine est-il fermé aux hommes en février 1942, que des femmes y sont internées. Le 12 mai 1942, 60 résistantes proviennent de Châteaubriant. Le 29 mai, les rejoint un convoi de 150 résistantes de la prison des Tourelles à Paris, ainsi que des juives accompagnées de leurs enfants. Le 7 septembre, celles-ci en sont séparées et transférées à Drancy pour la déportation.
Le camp ferme le 15 septembre 1942. Il devient un centre de formation pour les GMR, les Groupes mobiles de réserve, aux ordres de la collaboration française et contre la Résistance.

Le camp d'Aincourt par le Théâtre des Oiseaux

Commenter cet article

Guy Hervy - 14/06/2018 20:53

sans aucun commentaire, je relais et vai faire rebondir par ailleurs