Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

26 mars 1871: élection de l'assemblée municipale de la Commune de Paris

Dans ses proclamations pour la préparation à ces élections, le Comité Central de la Commune de Paris définit les conditions de l’exercice d’une véritable démocratie directe :

"Les membres de l’assemblée municipale, sans cesse contrôlés, surveillés, discutés par l’opinion, sont révocables, comptables et responsables."

"Quand nous pourrons avoir les yeux partout où se trouvent nos affaires, partout où se préparent nos destinées, alors, mais seulement alors, on ne pourra plus étrangler la république."

La veille du scrutin, le Comité Central prodigue ses ultimes conseils aux électeurs parisiens :

"Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisissez parmi vous, vivant de votre propre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme « indispensables"(...). "Nous sommes convaincus que, si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèreront jamais comme vos maîtres."

Certes, Sous la Commune de Paris, les femmes ne participent pas encore à la vie électorale démocratique. Mais en ses 72 jours d'existence, elle promulgue près de 250 arrêtés et décrets en faveur du peuple, notamment en faveur de la femme: union libre, interdiction de la prostitution, accès des femmes à tous les métiers, égalité salariale femme-homme, pension à la veuve d'un garde national tombé au combat...

La Commune de Paris remet en cause la distinction de sexe qui s'imprime dans la société et donne la primauté à l'homme: "cette distinction de sexe est créé et maintenu par le besoin de l'antagoniste sur lequel reposent le privilège des classes gouvernementales" .

Malheureusement, faute de temps et parce que les troupes réactionnaires de Versailles attaquent dès le début du mois d'avril, le droit de vote pour les femmes ne sera jamais acté.

Commenter cet article