Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Et moins 603 postes de fonctionnaires chargés de la "sécurité et qualité sanitaire de l’alimentation" de 2009 à 2012  à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Mais depuis la présidence de la République confiée à Jacques Chirac, cette suppression de postes a été toujours dans la feuille de route des gouvernements de droite et de gôche. Alors, monsieur Le Maire, actuellement ministre macroniste de l'Economie, aucune faute n'est à imputer à l'Etat dans le contrôle sanitaire des aliments, surtout en laissant de plus l'agro-business s'auto-contrôler?

Ben oui, comme l'écrit Ouest-France: "Fini le temps où les services vétérinaires débarquaient à l’improviste et dictaient aux industriels les précautions sanitaires à prendre. Désormais, les fabricants de steaks hachés, de sushis, de biscuits ou de fromages ont la main sur leurs protocoles sanitaires, leurs processus de production. Que des techniciens et inspecteurs vérifient ensuite sur documents essentiellement."

De plus, les deux branches du contrôle touchant à l’alimentation relèvent de deux ministères différents, celui de l'Agriculture et celui de l'Economie. Note de ma pomme: encore heureux que le ministère de la Santé n'ait aucun contrôleur sous ses ordres!

Bref, annonce le journal, concernant techniciens et inspecteurs des services vétérinaires: "une usine de Craon peut n’être inspectée qu’une fois par an. Quant aux laiteries qui ne produisent pas de lait infantile, les contrôles peuvent être espacés jusqu’à deux ou trois ans". Dans le meilleur des cas: note bis de ma pomme.

Et avec des équipes "clairement sous-dimensionnées" qui "doivent alterner des contrôles dans des laiteries, des usines de viande, de poisson, de plus en plus complexes", toujours dans Ouest-France.

Or, depuis le début des années 2000, "on ne contrôle plus en direct. On vérifie les procédures d’autocontrôle des industriels", dit la Cfdt de l'Alimentation, pourtant pas en ce moment un foudre de guerre contre le pouvoir de droite et de droite. C'est dire donc l'étendue de la crise...

Quand il est question d'un autre contrôle, celui médical de Donald Trump, chef suprême du dollar et de l'OTAN: ça va parfaitement bien, même sa tête, il peut renouveler son mandat de big boss de la libre Amérique, a déclaré un représentant des toubibs qui l'ont ausculté. Ouf, le capitalisme international respire.

En France également avec le pouvoir actuel.

C'est Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture de Sarkozy, qui a le plus réduit les effectifs à la DGCCRF

Commenter cet article