Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Hier, elle n'était d'aucune manifestation organisée contre les violences faites aux femmes. Normal, elle a d'autres priorités. Depuis le 1er septembre 2017, nommée par le pouvoir actuel, toujours socialiste, elle est "ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique". Elle raconte sa nouvelle vie dans un media de la pensée unique:

Une femme nous manque et tout est dépeuplé

C'est vraiment bêta. Notre grandeur Emmanuel Macron a remanié son gouvernement et l'a oubliée sur la banquise.

En mai dernier, elle avait confié son "grand regret" à la télévision de ne pas avoir été reconduit au gouvernement de droite et de droite : "J'aurais bien voulu, bien sûr, continuer cette tâche, ici ou dans un autre ministère. J'ai eu le président de la République au téléphone, Emmanuel Macron, qui m'a appelée et qui m'a expliqué que compte tenu des équilibres politiques, ça n'était pas possible", avait-elle lâché sur BFMTV"Mais enfin, je comprends aussi les contraintes gouvernementales, j'ai de l'expérience. Mais donc, au moment de cet appel, Emmanuel Macron m'a dit que bien évidemment, il comptait sur moi pour continuer à aider sur les sujets du combat climatique".

Et la voilà dans ledit media faire du chien de traîneau, manger de la saucisse de renne au coin du feu ou encore se balader dans une forêt enneigée.  Ségolène, tu nous manques, reviens à la maison!

A la maison socialiste, j'entends. Sinon, Najat Vallaud-Belkacem va être la patronne de la Nouvelle gôche. Elle a déjà son conjoint élu comme député. Figurez-vous que la pensée unique le décrit comme très à gauche. Que faisait-il comme job avant d'être à l'Assemblée nationale et que son épouse était ministre de François Hollande? Après être dirlo du cabinet du  ministre Arnaud Montebourg, il devient secrétaire général adjoint de la présidence de notre mauvaise république, puis conseiller de François Hollande. Un gauchiste donc.

Sans déconner, reviens Ségolène!

Commenter cet article