Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les Juifs oubliés de Mantes-la-Jolie 1940-1944 dans le Jerusalem Post

Eytan Halon, journaliste au Jerusalem Post, m'a interviewé par mails sur mon dernier ouvrage. Je lui ai déclaré que je n'étais pas juif ni d'ailleurs d'une autre religion. Mais j'ai à coeur de lutter contre toutes les discriminations qu'ont enduré ou qu'endurent toujours mes concitoyens. Ceci dit, je lui ai aussi précisé que je suis partisan de deux états libres, démocratiques et souverains au Moyen-Orient: la Palestine et Israël, ce que le journal n'a pas retenu.

La traduction française de l'article du Jerusalem Post du 17 novembre 2017: Un historien français essaie de faire revivre la mémoire des Juifs oubliés dans sa ville:

Un historien de Mantes la Jolie (ville du nord de la France) a entrepris de faire revivre la mémoire de ses concitoyens « Juifs oubliés »qui ont été déportés  et ont péri dans l’Holocauste, presque dans l’indifférence Le nouveau livre de Roger COLOMBIER, Les Juifs oubliés de Mantes la Jolie, relate l’histoire de trois familles Juives de cette ville pittoresque de la banlieue ouest de Paris, située dans la zone occupée en France pendant le temps de la guerre. La relation de la destinée  de ces familles symbolise le sort réservé à de nombreuses autres familles juives de petites villes des alentours de Mantes. Selon M. COLOMBIER, à la différence des rafles massives de Juifs dans les villes plus grandes, la persécution des Juifs dans les petites communes françaises était exécutée discrètement dans l’ignorance des habitants locaux.

M. COLOMBIER a déclaré au Jerusalem Post : « Je ne suis ni Juif ni adepte d’une quelconque religion. Mais j’ai toujours eu le cœur de combattre les discriminations dont mes concitoyens sont les victimes ». Et il ajoute : «  J’ai voulu aussi montrer l’opposition des Juifs contre les occupants nazis et les collaborateurs français qui sévissaient alors en France».

M. COLOMBIER raconte l’histoire de Moszek ZOLTY, un sellier qui trouva la mort après sa déportation au camp de Mauthausen-Gusen. La femme de ce dernier et ses deus enfants en réchappèrent grâce aux efforts de la Résistance française.

Une autre famille, les MITTELCHTEIN, s’enfuirent jusqu’à Saint Girons dans la Pyrénnées pour éviter la déportation. Le père put rejoindre les Forces Françaises Libres après avoir fui la France. Sa femme et ses trois enfants, qui croyaient avoir échappé au danger  en ayant rejoint  Nice, furent rattrapés plus tard par les nazis et périrent à Auschwitz.

Enfin, M. COLOMBIER raconte en détail le sort d ‘Albert SCHIMIANSKI, sa femme et ses deux enfants. Ils furent tous déportés à Auschwitz et assassinés en 1944.

Trois familles françaises, différentes dans leur vie et leur destin de tous les jours,  mais persécutées par la même idéologie raciste du régime nazi.

« Dans mon ouvrage, je fait aussi mention de l’Affiche Rouge, des membres de la Résistance qui furent condamnés à mort et dont la majorité étaient des émigrants juifs

L’historien a été aidé dans ses recherches par des collégiens et leur professeur qui ont recueilli des témoignages et consulté une masse d’archives concernant les anciens Juifs qui habitaient la ville.

M. COLOMBIER précise :  « En mai dernier, suite à mes recherches, la Municipalité de Mantes à souhaité honorer tous les Juifs persécutés et  morts en déportation. Je suis en faveur d’un monument en leur  honneur au côté de tous ceux qui ont combattu dans les rangs de la Résistance ».

En lien l'article original du Jerusalem Post:

Les Juifs oubliés de Mantes-la-Jolie 1940-1944 dans le Jerusalem Post
Les Juifs oubliés de Mantes-la-Jolie 1940-1944 dans le Jerusalem Post

Commenter cet article