Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

CAPTURE D'ECRAN SUR WIKIPEDIA

CAPTURE D'ECRAN SUR WIKIPEDIA

Rennes-le-Château dans mes Corbières natales: un petit bourg de 64 habitants, pas loin du pic de Bugarach d'où des illuminés pensaient échapper à la fin du monde en décembre 2012 en vertu du calendrier Maya. Oui, on n'arrête pas le progrès. Pour en revenir à Rennes-le-Château, dans son église, un diable surmonte un bénitier. Le 23 avril 2017, "vade retro satanas", s'est dit sans doute une touriste en le décapitant. Elle sera jugée prochainement pour "dégradation ou détérioration d’un édifice affecté au culte". Mais pourquoi, dieux du ciel, un diable dans une église?

Autrefois, l'abbé François Bérenger Saunière était curé dans ce village depuis le 22 mai 1885. A cette époque, il est plus pauvre que Job dans la Bible. Quant à son presbytère et à l'église dédiée à Marie Madeleine, ils sont dans un état de désolation avancée. Si bien que ledit abbé habite chez une paroissienne charitable. Du coup aussi, il s'en prend à la République et lors des législatives de 1885, il prêche carrément pour voter royaliste. Mais les voies du Seigneur ne sont-elles pas impénétrables?

Fort de son soutien actif à la monarchie, il reçoit des dons lui permettant de rénover la cure et l'église. En même temps, il prend une bonne, âgée de 18 ans qui, dit-on, n'est pas totalement ça. Bref avec elle, il pioche dans l'église, dans les alentours et même dans le cimetière. Il se fait remonter les bretelles par la municipalité pour ce fait. Le curé et sa bonne se sont installés depuis dans le presbytère rénové.

Et ils continuent à fouiller ici ou là, à partir dit-on d'une découverte faite par les ouvriers dans l'église, lors de sa toute première rénovation.

Quoiqu'il en soit, l'abbé Saunière devient immensément riche. Plus que Ali Baba dans les 40 voleurs. Il couvre sa bonne de vêtements et de bijoux provenant de la mode en vigueur à Paris. Il aménage un domaine et une villa pour lui et sa bonne, dont la tour Magdala reste la création la plus emblématique, avec un jardin peuplé d'animaux exotiques. Il met également les petits plats dans les grands pour recevoir à tire larigot des gens biens.

Rennes-le-Château: gare au diable, surtout statufié dans l'église de ce tout petit village de l'Aude

Il n'oublie pour autant qu'il est abbé et dépense des sommes d'argent pour embellir l'église à sa singulière façon, tout en étant charitable envers les familles nécessiteuses. D'où, entres autres ornements religieux singuliers, le diable qui s'est fait décapiter.

On dit que ce bon curé et sa bonne auraient découvert le trésor du roi wisigoth Alaric. Celui-là pilla entièrement Rome en 410 de notre ère. Il cacha, selon les on-dit, ce fabuleux magot dans ces Corbières dont il fit la capitale de son royaume. D'où le mont Alaric dans l'Aude à cause du roi et pas du trésor.

En tous les cas, l'abbé Saunière arrive à se trouver en froid avec les autorités diocésaines qui le suspendent. Ben oui, la dîme n'existe plus envers l'évêché, mais quand même...

Que cela ne tienne, il continue à dire la messe dans l'oratoire de sa villa pour quelques paroissiens fidèles. Il meurt d'une attaque cardiaque en 1917 et fait de sa bonne sa légataire universelle. Celle-ci, illettrée, confie son sort à un homme d'affaires à qui elle lèguera tout, lequel fera de la villa une auberge-hôtel renommée contre une rente viagère annuelle pour elle.

"Mademoiselle Marie" meurt en 1953 sans quasiment aucun revenu.

Cette histoire finit mal, me direz-vous.

Oui, mais le diable de l'abbé Saunières sera flambant neuf en décembre prochain. C'est le cas de le dire pour la statue d'un diable. Non?

J'oubliais, l'ex-domaine du dit abbé, devenu propriété municipale, se visite, entrée payante.

L'église, elle, est gratuite. Mais l'un et l'autre attirent toujours de nombreux touristes.

On m'a dit qu'on va mettre devant l'église des militaires de l'opération sentinelle pour protéger le diable à l'intérieur.

Vous y croyez ou c'est une connerie?

Commenter cet article