Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce lundi, la CGT recevait l'ensemble des organisations syndicales et de jeunesse afin d'activer un syndicalisme rassemblé contre le gouvernement et le patronat. On se reverra plus tard a-t-il été décidé. Heureusement que des organisations syndicales appartiennent à la même confédération rassemblée au niveau de l'UE et dénommée Confédération européenne de syndicats. Sinon, qu'est ce que ça serait.

Pour le moment, on va attendre...

les organisations syndicales ont décidé de se revoir le 24 octobre prochain, « pour faire le point sur l’ensemble des réformes du gouvernement : loi travail, baisse des APL, hausse de la CSG, réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de la retraite », a déclaré Fabrice Angéi, interrogé par le service communication de la CGT.

En attendant cette nouvelle intersyndicale, qui pourrait déboucher sur une journée d’action mi-novembre, la CGT pour sa part appelle à la mobilisation le 19 octobre. « Les ordonnances Macron ne sont pas derrière nous. Les routiers nous ont prouvé qu’on pouvait mettre en échec ces ordonnances. Ils ont gagné l’intégration des primes et indemnités dans le salaire de base », a expliqué Fabrice Angéi.

Et d’ajouter : « Nos concitoyens contestent de plus en plus ces ordonnances : 65 % d’entre eux les rejettent et 57 % approuvent les mobilisations contre ces projets gouvernementaux. » Pour Fabrice Angéi, qui a par ailleurs participé à l’intersyndicale du 9 octobre, le gouvernement entreprend actuellement une déstructuration globale du modèle social français. La journée d’action du 19 octobre se veut donc « ancrée dans les entreprises, à partir des revendications de chacune des professions ». Contre la casse sociale, pour les 32 heures, les augmentations de salaire, la retraite pour tous par mutualisation, mobilisons-nous le 19 octobre prochain !

Source: le site de la CGT

Question de ma pomme: Et qu'en pense la Confédération européenne des syndicats des attaques réactionnaires du gouvernement Macron contre les droits collectifs des travailleurs ?

Parce que, jusqu'à preuve du contraire, en France et dans l'UE du capital, c'est toujours ça!

 
Pour le moment, on va attendre...

Commenter cet article