Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le glyphosate m'a tuer

Pas grave docteur, la Commission européenne estime qu'il faut attendre 7 à 5 ans pour le supprimer, le Parlement européen -qui n'a aucun pouvoir- parle de 5 ans, Nicolas Hulot, ministre de l'écologie capitaliste en France, entre les deux son coeur balance. Bref, la substance herbicide cancérogène a de beaux jours devant elle dans l'UE du capital.

Pourtant, en mars 2015, l'OMS, organisation mondiale de la santé, conclut  que le glyphosate contenu dans le Roundup était "probablement cancérigène" pour l'homme. Et comme dans le doute, le capitalisme ne s'abstient jamais, car business is business, cette conclusion n'est pas suivie par l'Agence européenne de la sécurité alimentaire et par l'Agence européenne des produits chimiques. Et voilà que la licence du glyphosate arrive à expiration à Bruxelles le 15 décembre prochain. Et donc, on va en prendre plein la gueule pour au moins 5 ans de plus.

Pourtant, le 10 octobre 2017, Franceinfo, qui n'a rien d'un brûlot révolutionnaire, sort un document interne et top secret au géant Monsanto datant de 2008. On y lit:"le Roundup influence une des phases cruciales de la division cellulaire ce qui pourrait à long terme mener au cancer" .

En lien l'article de Franceinfo

Yannick Jadot, l'écolo de service dans les médias français, trouve que c'est bien, puisqu'On a obtenu la fin de l'herbicide entre 5 et 7 ans, quand Bruxelles voulait le prolonger durant 10 ans. Petit bras le député européen EELV, éphémère candidat EELV à la présidentielle de 2017 rallié à Benoît Hamon. C'est vrai qu'en 2005, il avait prôné le OUI au référendum français sur le traité établissant un constitution pour l'UE, référendum qui avait obtenu plus de 54% de NON, que la France et l'UE avaient ignoré complètement. CQFD.

J'oubliais. La FNSEA, le syndicat des patrons de l'agriculture, est contre l'interdiction du glyphosate. Lors du référendum de 2005, la FNSEA avait appelé à voter OUI à l'UE du capital. CQFD bis.

Commenter cet article