Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Catalogne: Joie populaire et nuages noirs par Jean Ortiz
Mes grands-parents maternels, issus de l'Espagne populaire et misérable, ont immigré à Narbonne, pour se faire exploiter par les grands propriétaires des vignobles. J'ai connu cette époque lorsque le catalan était la langue parlée majoritairement dans cet océan de vignes. Lors des vendanges, des trains entiers de travailleurs catalans, venus de l'Espagne sous dictature fasciste, arrivaient en gare de Narbonne pour se faire exploiter autant par les mêmes patrons.
Mon grand-père maternel s'est toujours déclaré Catalan et non pas Espagnol. Lors de la guerre d'Espagne, il combattit pour la République espagnole. En France, il appartint à cette immigration espagnole qui résista à l'Allemagne nazie et au régime des Français collaborateurs de Vichy.
Pour toute cette histoire, je partage la chronique de Jean Ortiz parue dans l'Humanité.fr de ce vendredi:
 
Il y aura un après et un avant ce 27 octobre 2017 en Catalogne et dans l’ensemble de l’Espagne. 
La « déclaration d’indépendance » d’une « République catalane », fût-elle « de papier » comme la désignent certains, n’a surpris que ceux qui l’ont bien voulu... Il y a cinq ans que la vague indépendantiste montait, aiguisée par la crise, que se multipliaient les manifestations géantes, bref, que le problème était sur la table, sans que Madrid n’ait proposé une quelconque négociation. Ce soir, Rajoy, leader du très conservateur Parti populaire, a remercié le Parti socialiste (PSOE) de son soutien. On croit rêver.
 
En 2005, un nouveau statut d’autonomie catalan, prenant en compte des aspirations nouvelles (il comportait la notion d’une « Espagne nation de nations ») fut adopté. En 2010, le Tribunal Constitutionnel le remit en cause... C’est dire l’indépendance de la Justice espagnole.
 
Le gouvernement central a ignoré, voire provoqué un mouvement très hétéroclite mais puissant, bien que reléguant dommageablement la question sociale. Mariano Rajoy aurait dû entendre la clameur populaire, faire des ouvertures, tenter d’apporter des réponses politiques à une question éminemment politique ; il a choisi l’affrontement, la fracture, par calcul politicien, électoral. En 1934, sous la Deuxième République, le président Companys, livré ensuite à Franco par la France, et fusillé, avait déclaré l’indépendance de la Catalogne sans drame majeur. Le phénomène catalan (langue, culture, identité, nation...) a donc des racines profondes. Même si les principaux tireurs de ficelle, catalans comme madrilènes, sont des ultralibéraux. Ceci dit, les peuples ont le droit, imprescriptible, à l’auto-détermination.
 
S’accrocher, pour riposter à la déclaration d’indépendance, au cadavre de la Constitution de 1978, issue à l’époque d’un compromis fort bancal, comportant des articles d’inspiration néo-franquiste et ultralibérale, comme : l’armée garante de l’unité nationale ; la priorité à la lutte contre les déficits ; le monarque chef de l’Etat (non élu donc illégitime) et des armées...
Riposter sur le seul terrain répressif, et judiciaire, la loi 155 dans son application la plus dure: destitution du président catalan, qui sera jugé pour « rébellion » et « sédition » (encourant entre 15 et 25 ans de prison), destitution de toutes les autorités catalanes, des mesures administratives de tutelle, de caporalisation, destitution du secrétaire général de la police autonome, dissolution du parlement catalan, élections parachutées de Madrid le 21 décembre. Riposter par la méthode forte ne peut qu’avoir que des effets contraires ; et tout peut basculer à n’importe quel moment, malgré le civisme des manifestants.
 
Si l’article 155 n’est pas une suspension de l’autonomie, cela lui ressemble. Mais décréter de Madrid des mesures autoritaires sous prétexte de garantir la démocratie « détruite » et « séquestrée », de « restaurer la légalité », ne peut que susciter sur le terrain de possibles affrontements violents, pousser à des mesures de désobéissance civile, de refus d’obtempérer, etc.
 
Le problème politique, de fond, demeure, lui, sans réponse. Mais Rajoy (et Puigdemont) cherchai(en)t-il(s) vraiment des réponses ? Deux calendriers électoraux risquent de s’opposer. Le sang peut couler suite à n’importe quelle provocation, malgré le pacifisme de toute une génération de jeunes, « indépendantistes » par conviction sans doute et aussi par refus de l’austérité féroce qu’ils ont vécue, de l’absence d’horizon, de l’autoritarisme de Rajoy, des politiques anti sociales à répétition, de la corruption des partis de droite, aussi bien en Catalogne qu’à Madrid. Leurs revendications, « plus de liberté », sont légitimes. Le dialogue devrait à tout prix s’imposer encore. La crise est si profonde qu’elle relève d’un problème politique majeur.
 
Si Rajoy pense pouvoir opérer la reprise en main dans les écoles, les administrations, la police, les pompiers, les différentes institutions, les bureaux, le sang peut couler.
 
Cela fait des années que Rajoy se trompe volontairement. Quant aux indépendantistes, ils s’appuient sur le référendum du 1er octobre, un vote certes indicatif, mais dépourvu de valeur vraiment juridique. Si Madrid avait permis un véritable référendum, on n’en serait sans doute pas là. La mise en place d’une République catalane souveraine, sociale, proclamée par le Parlement catalan, n’est pas pour demain. Seul un processus constituant prenant en compte la pluri-nationalité de l’(les) Espagne(s), l’aspiration républicaine, dans une organisation fédérale pourrait permettre l’autonomie la plus large possible, voire une « indépendance », tout en maintenant des liens forts avec les autres régions et nations de l’Espagne.

Commenter cet article