Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le budget 2018 est sorti: des cadeaux pour les riches et le patronat

La droite au pouvoir respecte les traités de l'UE du capital et reste attachée aux dogmes idéologiques du capitalisme. Mais à cette heure, qui s'en étonne, à moins de se compter parmi les aboyeurs publics et privés du palais de l'Elysée.

S'il fallait résumer le contenu de ce budget réactionnaire, c'est alléger les impôts et les charges des riches et du patronat et pourrir la vie de tous les autres en instaurant la précarité au travail et en sapant la Sécurité sociale. Et la hausse de la fiscalité sur le diesel (+3,7 milliards d'euros) ou l'augmentation du prix du tabac (+ 0, milliards d'euros) va surtout peser sur les personnes les plus modestes.

Par contre, 4 milliards en moins sur l'Impôt sur la grande fortune et les revenus du capital moins taxés. Et cela sans faire un geste sur la fraude fiscale des puissants et des riches. Le chanteur Florent Pagny- l'arbre qui cache la forêt des magouilles financières, se permet en public de dire qu'il s'installe au Portugal pour ne pas payer d'impôts en France. Sans qu'un aboyeur du palais de l'Elysée n'émette le moindre grognement.

Quant à la suppression des cotisations chômage et maladie sur le bulletin de paie d'un salarié du privé, son pouvoir d'achat augmente certes de quelques clopinettes. Mais comment seront financés l'Unedic et la Sécurité sociale, justement par rapport au chômage et à la maladie des travailleurs? Sinon par l'augmentation des taxes et autres impôts. Et moins de remboursement d'une sécu exsangue, c'est obligatoirement l'augmentation des mutuelles , pour ceux qui pourront se la payer.

Dans son communiqué, la CGT critique "le budget 2018 qui affiche 15 milliards d’euros d’économies sur les dépenses : 7 milliards pour l’État, 3 milliards pour les collectivités et 5 milliards pour la Sécurité sociale. Ces chiffres font l’impasse sur les souffrances que certaines « économies » provoquent pour les citoyens, à l’instar de la réduction des emplois aidés (1,5 milliard « d’économies ») et l’aide au logement (1,7 milliard « d’économies »). Les effectifs de l’État vont aussi diminuer de 1 600 emplois en équivalent temps plein".

L'heure n'est surtout pas à la résignation ou à la passivité. Mais non plus à rechercher des alliances genre gauche plurielle entre hors-sol de gôche.

Commenter cet article