Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Aincourt, le camp oublié par les mauvais comptes de l'administration de l'Hôpital d'Aincourt

Avant la Deuxième Guerre mondiale, cet hôpital fut un sanatorium. Le 5 octobre 1940, sans que les occupants allemands n'en fassent la demande, réquisitionné par Marc Chevalier, préfet vichyste de Seine-et-Oise, il fut un lieu d'emprisonnement pour les militants du PCF déclaré illégal avant-guerre par la 3e République et pour les dirigeants de la CGT membres ou sympathisants de ce parti. Le camp d'Aincourt fut l'antichambre de la déportation et de la mort. Désignés otages par l'administration française, nombre d'entre eux furent fusillés ou périrent dans les camps nazis de la mort. Pour l'histoire, le camp d'internement d'Aincourt fut le premier camp dirigé par des Français et gardé par des gendarmes français en zone occupée par les soldats d'Hitler.

Une association loi 1910 s'est créée pour se rappeler  l'un des épisodes tragiques des années de l'histoire de France, lorsqu'un gouvernement d'extrême droite collabora ouvertement avec l'occupant nazi, avec le soutien du patronat français.

Depuis 1994, l'association Mémoire d'Aincourt, organise chaque premier samedi d'octobre une cérémonie en mémoire de l'ouverture de ce camp et de ses internés femmes, hommes et enfants. En effet, Aincourt, après les hommes, emprisonna aussi derrière des barbelés toujours gardiennés par des gendarmes des femmes, résistantes ou non, et des mères de famille juive avec leur enfants.

Depuis 1994, Le Centre hospitalier du Vexin, dont dépend l'hôpital d'Aincourt, apportait son aide matérielle et humaine à cette cérémonie.

En cette année 2017, ce ne sera plus le cas.

le Directeur  du groupement régional de santé publique, sis à Pontoise,  a déclaré à Mémoire d'Aincourt que le rôle du Groupement Hospitalier intercommunal du Vexin n'est pas "d'engager des coûts financiers directs et indirects dans l'organisation d'une commémoration". Dès lors, ledit hôpital d'Aincourt ne peut plus être cité en cas de "puissance invitante" et son logo doit disparaître "sur le carton d'invitation".

Dès lors, plus de navette et de prêt de personnel hospitaliers.

 Le dirlo rajoute: "Si vous souhaitiez maintenir l'organisation de cette cérémonie telle que mise en oeuvre jusqu'à maintenant, il vous appartiendra donc de prendre en charge la location ou le prêt des équipements suivants ainsi que les personnes en bon état physiques et en nombre pour assurer les installations, montages et démontages". Suit la liste des équipements qui va jusqu'aux barrières Vauban, dont ne dispose, chacun le sait, aucune association de loi 1901.

Enfin, Mémoire d'Aincourt devra veiller à la circulation dans le périmètre de la cérémonie ainsi qu'à la déviation et la sortie (...) de 9h à 18h , le 7 octobre prochain.

Commentaire de ma pomme: Amis, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine qui reviennent.

Sa grandeur Emmanuel Macron vient de nommer le très digne  Stéphane Bern, de droite et de droite, bien vu dans toutes les Cours du monde, chargé de mission pour sauvegarder le patrimoine en péril. CQFD.

En lien, l'une de mes chroniques sur le camp d'Aincourt

Commenter cet article