Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pressé par les consommateurs, Stéphan Travert communiquera enfin le nom des produits contaminés et la date de mise sur le marché. Mais "seulement pour les lots à des taux supérieurs à la limite autorisée". Et les pauvres couillons qui croyaient que le Fibronil était strictement interdit dans la chaîne alimentaire...

Et bien non, il y a des normes fixées par l'UE du capital. De plus, le radical de gôche, passé ministre dans un gouvernement de droite et de droite, n'impose aucune contrainte à la grande distribution: "Les enseignes qui le souhaitent pourront informer leurs clients par des affichettes en magasin".

Et aucune enquête française sur la tricherie organisée, parce que le capitalisme, vecteur de tous les maux dans notre société, reste et restera toujours libre et non faussé.

Ainsi, en toute impunité, des chaînes de distribution basées en France, achètent à bas coût des oeufs d'ailleurs alors que la filière française pouvait les servir en totalité. Et une société chimique des Pays-Bas a vendu un insecticide libre et non faussé à des producteurs de poules en batterie. Lequel insecticide a été fabriqué par une société belge qui se serait approvisionnée en Roumanie en toute légalité marchande. Roumanie, Pays-Bas et Belgique étant membres de l'UE du capital. Pays-Bas et Belgique étant même états fondateurs de l'ancêtre de l'UE dont à l'époque le CGT disait tout le mal lorsque le gouvernement socialiste et l'Assemblée nationale avalisaient le Marché commun.

Dites les copains, c'est pour quand l'Europe sociale et démocratique des travailleurs?

Vous remarquerez que je n'emploie pas le terme "camarade". Il paraît que ça fait ringard. Comme la lutte des classes sans doute. Non?

Bon, en attendant, le Fibronil, vous le dégusterez en omelette, sur le plat ou à la coque, ou dans dans la pâtisserie?

Scandale sur les oeufs contaminés: le ministre français de l'Agriculture fait dans le flou capitaliste

Commenter cet article