Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Rappelez-vous: Puisseguin en Gironde le 23 octobre 2015, 43 personnes brulées vives dans un car en collision avec un camion dont le réservoir additionnel n'était pas homologué. Dans le choc, l'incendie a embrasé tout le car.

Dans un rapport de 170 pages, le Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre révèle que le déchirement d'un réservoir auxiliaire de 375 litres, situé à l'arrière de la cabine du camion a provoqué l'incendie à l'origine du drame. Et l'installateur du réservoir aurait dû s'assurer auprès du constructeur du camion ou auprès d'un laboratoire reconnu que le véhicule modifié restait conforme à la règlementation.

Mais qui a donné l'ordre d'ajouter un réservoir auxiliaire d'une si grande contenance? Et qui contrôle les sociétés routières, sinon des fonctionnaires dont il faut réduire toujours plus les effectifs.

Le rapport d'enquête recommande aussi de durcir la réglementation concernant la résistance au feu des matériaux utilisés dans la construction des autocars et réclame de  "nouvelles exigences en matière de toxicité des gaz dégagés par la combustion de ces matériaux" . Ah bon, parce que pour l'heure, ce qui se faisait dans les trains ou l'aviation, n'avait pas lieu d'être dans les autocars? Et pourquoi cela?

On attend la conférence de presse de la ministre des Transports dépendant de Nicolas Hulot, lui ministre de l'Ecologie et du lobby routier. Et on espère également des ordonnances, cet été, pour refonder la législation obsolète en matière de construction des autocars.

En attendant, roulez jeunesse, si j'ose dire...

Accident routier mortel de Puisseguin: le rapport d'enquête accable le transport routier privé. Mais quid des responsabilités de l'Etat?

Capture d'images télévisées

Commenter cet article