Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

LA TOUR DE PISE PENCHE-T-ELLE A DROITE?

LA TOUR DE PISE PENCHE-T-ELLE A DROITE?

A lire les éditos des médias de la pensée unique, celle qui englobe les amis des forces de l'argent et les portes-voix de la social-démocratie française, c'est toujours un gouvernement ni-ni. Et les infos dans les téloches dites libres ne sont qu'en pâmoison devant les femmes et les hommes qui vont accompagner Toutanmakron dans ses oeuvres. C'est dommage que notre monarque élu n'ait pas créé un ministère de la brosse à reluire. L'Humanité, lui le journal de Pierre Laurent, titre: "un gouvernement qui penche dangereusement à droite".

Ceci dit, je vous ai parlé de Muriel Péricaud, ministre du Travail, qui fut dans des cabinets ministériels socialos, dans des conseils d'administrations du capital ou DRH comme par exemple chez Danone. La Cfdt et Fo ont porté un jugement positif sur sa personne. Je vous mets la déclaration de la CGT de l'agroalimentaire. Pour vous faire une opinion si le gouvernement est de droite ou penche à droite.

Une "Danoneurs" au travail. Soyons sérieux !

jeudi 18 mai 2017

En désignant Muriel Pénicaud ministre du Travail, le couple Macron-Philippe se donne un atout fort, au service du maître du jeu, le grand patronat. Il veut de plus s’afficher social. Soyons sérieux. Il y a belle lurette que le « double projet économique et social » de Riboud Antoine, par ailleurs, à l’époque, poudre de perlimpinpin, a été jeté aux oubliettes. Une avant-garde de managers débarquant d’outre-Atlantique, qui sème la terreur au sein du groupe Danone, en est une démonstration éclatante.

Muriel Pénicaud est dans la droite ligne des politiques antisociales et de sacrifices imposés aux salariés sur l’autel des profits et de la stratégie de « course à la valeur » pour les actionnaires. Lors de son passage dans le groupe, elle a su au nom de la compétitivité, organiser la casse des emplois et des conditions de travail.

C’est sous son « régime minceur » que Lean management, appelé, en love langue Damaway, ou CAP ou WISE, a connu son apogée qui se concrétise par flicage permanent, non remplacement des départs, baisse des effectifs, réorganisation permanente, augmentation des cadences, stress causant de nombreux troubles musculo-squelettiques et psychosociaux… Les conditions de travail se sont gravement dégradées.

A toutes fins utiles, ses « bons et loyaux services », ont participé de la casse des emplois. Elle estampille en 2013 un plan de suppression de 900 emplois en Europe, dont plus de 200 en France. Vendu à l’époque à ceux qui voulaient bien accompagner les charrettes de licenciements, comme un plan de départs volontaires, ce plan dit d’économie, instauré au nom de la crise, a été une véritable Bérézina pour les salariés. Elle a imposé des sacrifices...

La suite en lien:

Commenter cet article

aLINE 21/05/2017 19:27

Malin le Président, Une partie du gouvernement tire à droite, l'autre partie tire à gauche, 1, 2, 3 la fusée Macron bien en place peut décoller droit pour sa moisson d'étoiles. Aline