Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Par un communiqué, les représentants de la France insoumise ont signifié qu'il n'y aurait aucun accord entre les deux formations pour les élections législatives de ce mois de juin.

Lu sur Franceinfo: "La France insoumise a annoncé, mardi 9 mai, qu'il n'y aurait pas d'accord pour les élections législatives de juin avec le Parti communiste français, lui en renvoyant la responsabilité de cet échec, dans un communiqué. "Tous nos candidats porteront le programme 'L'avenir en commun' en invitant les 7 millions d'électeurs qui l'ont soutenu à l'élection présidentielle à reproduire leur vote pour une majorité nouvelle à l'Assemblée nationale", indique Manuel Bompard, directeur des campagnes du mouvement de Jean-Luc Mélenchon. (...) Faute d'accord au niveau national, Pierre Laurent a indiqué que les communistes mèneraient la campagne pour le scrutin des 11 et 18 juin "avec la main tendue" et feraient des "offres" à leurs partenaires localement."

Note de ma pomme: Il faut dire que la campagne, dite autonome par le Pcf, pour soutenir pleinement Jean-Luc Mélenchon lors de cette présidentielle, n'a été que le parrainage d'élus communistes pour prétendre être candidat. Pour le reste, si j'en crois nombre d'échos ici ou là en France, notamment dans le Mantois, 8e circonscription législative des Yvelines, la campagne autonome du Pcf n'a pas brillé dans les boites aux lettres ou sur les marchés.

Ceci dit, après le Fg mort et enterré, où en est la prétendue gauche radicale unie qui prétendait des lendemains qui chantent? En quête d'un nombre de fauteuils à l'Assemblée nationale et ailleurs dans d'autres assemblées, ou à l'élaboration d'un programme vraiment anticapitaliste afin de redonner de l'espoir pour un monde nouveau, de progrès et de justice sociale?

Alexis Tsipras, depuis la Grèce, lui aussi de la gauche radicale européenne, a été l'un des premiers chefs de gouvernements a avoir félicité Macron pour son élection. Il paraît que ça se pratique ainsi dans le clos des grands de ce mauvais monde. Un peu comme si à la CGT, on félicitait Gattaz d'avoir été désigné patron du Medef, non?

Des électeurs progressistes ont voté Macron par défaut pour ce deuxième tour. D'autres se sont abstenus et d'autres encore, par un vote blanc ou nul ont refusé de donner leurs voix lors de ce second tour de la présidentielle. Soit un total de 16 millions d'inscrits. Et bien plus que les 10 millions de suffrages accordés à l'extrême droite. Du travail en perspective pour renverser la table.

Mais il me semble qu'on privilégie la lutte des places à la lutte des classes. C'est triste et pas prometteur pour des jours heureux.

Car pendant ce temps, du côté d'Emmanuel Macron, l'enfant prodigue des capitalistes en France, c'est ça et pire encore:

Clap de fin entre la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Pierre Laurent?

Commenter cet article

Jemmi sylviane 10/05/2017 09:07

Merci beaucoup pour tes articles toujours intéressant. Je suis complètement d'accord avec toi sur le sujet...