Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Il le dit dans le dernier JDD et le ministre de la transition écologique et solidaire qu'Emmanuel Macron a donné à la France d'en appeler au peuple: " s'il y a un cri que je veux pousser, une chose que je veux dire aux Français, c'est aidez-moi. Je ne suis pas dans un combat partisan, c'est un enjeu humaniste".

"Nous allons remettre les choses à plat. Il y aura un temps - six mois - pour une médiation. Je suis intimement convaincu qu'il y a de possibles alternatives à Notre-Dame-des-Landes qui peuvent nous permettre, à tous, de sortir par le haut", affirme-t-il. Interrogé pour savoir s'il quitterait le gouvernement en cas de construction de l'aéroport, Nicolas Hulot souligne ne pas être "dans la sommation". Ou comment mettre d'ores et déjà beaucoup d'eau dans son vin naturellement bio.

Toujours dans le JDD, Nicolas le petit jardinier vert va s'attaquer aux pratiques "de grands semenciers": "Vouloir mettre en coupe réglée les semences de la planète, c'est une violence absolue". Sans préciser à quelle date il monte au front. "Je ne suis pas anticapitaliste mais je suis contre tous les excès du ­capitalisme."

Oui, ça ne mange pas de pain de vouloir humaniser le capitalisme qui détruit notre planète. Suivez mon regard vers la gôche... Du coup, les grands semenciers respirent.

En tous les cas, Nicolas Hulot n'est pas un homme politique. Il n'a bossé qu'avec Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, présidents de la République, sur la bonne écologie qu'il faut à la France. Et sans faire de politique. Même lorsqu'il s'est présenté à la primaire des écolos en 2012. c'est dire s'il est de la société civile.

Aéroport ND-des-Landes: Nicolas Hulot veut "remettre les choses à plat". A la manière de Donal Trump?

Bon, je vais arrêter là sur celui qui va impulser une écologie de progrès dans un gouvernement de droite. Il vient de lancer la "semaine du développement durable", dixit les médias qui encensent le président de notre mauvaise république et ses faire-valoir. Mince, Nicolas, qu'une semaine pour le développement durable? Ce n'est pas petit-bras ça?

Commenter cet article