Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

- C'est pour mieux vous représentez comme candidat à l'élection présidentielle.

- Ouh, monsieur Fillon, que vous avez un beau château!

- C'est pour mieux apprendre mon boulot lorsque j'occuperai tout seul le palais de l'Elysée.

Bon, on va stopper là cette fausse ressemblance avec l'histoire du Petit chaperon rouge. En politique politicienne, les grandes dents croquent toujours ceux qui n'en n'ont pas comme disait le très socialiste François Hollande. Et François Fillon veut croquer plus encore ceux qui produisent les richesses en France, lesquels ne sont pas représentés au Parlement alors qu'ils sont la majorité.

Le programme du candidat réactionnaire à la présidence de la République est inversement proportionnel à une politique de progrès et de justice sociale: suppression de l'impôt sur les grands fortunes, augmentation de 2% de la TVA, passage aux 39h sans augmentation salariale, régressivité dans les allocations chômage, retraite à 65 ans, suppression de 500 000 emplois et réduction de crédits dans les services publics, destruction de la Sécu...

Oui, Fillon, mais aussi Macron et la fille de son père, ne sont pas les ennemis du capitalisme. Tout comme les socialistes, qui avaient tous les pouvoirs depuis juin 2012, ne l'ont pas été. Pas vrai, camarade Hamon dont d'aucuns veulent faire un champion plus blanc que blanc en tressautant autour de "Union de la gauche au premier tour!"

"L'éclatante santé des stars du CAC 40", titrait ce samedi les Echos, le journal économique du capitalisme français, dirigé par Bernard Arnault: 75 milliards d'euros de bénéfice pour les actionnaires en 2016. Et pas un centime d'euro pour tous ceux qui bossent réellement. C'est la victoire indiscutable du capital dans la lutte des classes, celles des exploiteurs sur les exploités. Alors, stop ou encore?

"Les travailleurs n'ont rien à perdre que leurs chaînes, ils ont un monde à gagner", écrivait Karl Marx à la veille de la révolution de 1848. C'est toujours vrai aujourd'hui.

Ouh, monsieur Fillon, que vous avez de beaux costumes à 45 000 euros!

Commenter cet article