Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Benoît Hamon, son suppléant et le nouveau ministre socialiste de l'Intérieur

Bruno Le Roux dégagé, Matthieu Fekl devient le premier flic de France à sa place, en plein état d'urgence. Mais saviez-vous que celui qui était jusqu'à hier secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur s'occupait aussi de l'agenda du candidat socialiste à la présidentielle, au sein même de son QG de campagne?

Un pote donc au plus près de Benoît Hamon promu ministre de l'Intérieur. Pour faire passer le message d'un nouveau Parti socialiste dont le héros serait le député socialiste des Yvelines? Sans blaguer?

Tiens, parlons-en du député socialiste des Yvelines et de son suppléant qui le remplaça à l'Assemblée nationale quand le premier fut ministre du pouvoir socialiste de 2012 à 2014, date à laquelle il déserta pour ne pas se griller lors de la campagne présidentielle à venir.

Un lecteur m'a incité que je regarde du côté de Jean-Philippe Mallé, député socialiste de 2012 à 2014. Il a été élu dans la 11e circonscription des Yvelines en même temps que le titulaire, étiqueté comme lui rue Solférino à Paris, conseiller général du canton de Saint-Cyr-l'Ecole et adjoint au maire de Bois-d'Arcy. Un socialiste pur et dur.

Mais fatalitas, il s'abstient lors de l'examen du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Il estime alors « la gauche et le Parti socialiste envahis, s’agissant des évolutions de société, par l’idéologie libérale-libertaire » Pas moins, tandis que Benoît Hamon au creux de son fauteuil ministériel ne le recadre pas.

Et puis comme me l'écrit un lecteur: "Jean-Philippe Mallé s'est mollement abstenu quant aux TSCG et ANI, et a voté ...benoîtement ...POUR le CICE, la non-régulation bancaire, l'allongement de durée des cotisations retraite, et, bien sûr, le Pacte de Responsabilité, couronnant ainsi l'ensemble de son oeuvre, juste avant de laisser de nouveau son siège à Hamon sorti du gouvernement - ...lequel Hamon a derechef voté NON à la motion de censure loi El Khomri. Je ne sais pas vous, mais pour moi le ticket député-suppléant, c'est politiquement les phalanges du même doigt de la même main, et la même voix portée indifféremment par l'un ou l'autre, puisqu'il n'y a qu'un siège pour 2 paires de fesses, non ?.
Bon, alors, au fait qu'est-il devenu entre temps, le m'sieur Mallé Jean-Philippe ? M'a-t-on abusée, en me chuchotant qu'il avait cru bon - et compatible, donc -, de rejoindre ce truc, là, Debout la France ?"

Non, c'est vrai. Bon, Benoït Hamon n'est pas Jean-Philippe Mallé. Il est candidat du nouveau Parti socialiste qu'il faut à la France et à ses travailleurs. Mais le bilan législatif de celui qui le remplaça comme député de 2012 à 2014 est dans la droite ligne de la politique menée par le pouvoir socialiste. Politique de droite que Benoît Hamon a soutenu pleinement depuis son fauteuil ministériel et qu'il a fait applaudir lors de meeting parisien de ce dimanche. CQFD.

Commenter cet article