Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Primaire des socialistes: ça Valls à plein temps!

Vincent Peillon revient et Marie-Noëlle Lienemann s'en va. A fond la forme pour le premier. Pire que l'armée mexicaine cette primaire des socialistes et triste image donnée par la politique politicienne.

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris et éternelle rebelle dit-on, ne candidate plus. Normal, elle escompte se représenter comme sénatrice à fond la caisse sous l'étiquette socialiste, aux élections sénatoriales en 2017. Oui, au PS, on est rebelle mais pas trop n'en faut.

Vincent Peillon a été ministre socialiste de l'Education nationale du premier gouvernement de François Hollande. Il est devenu eurodéputé sous la même étiquette. Et comme le boulot ne l'étouffait pas à Bruxelles, il est également prof de philo. Où, je vous le demande en mille: en Suisse! Sans doute que ça paye mieux qu'en France et que la rémunération offerte par l'EU du capital à un député européen n'est pas ce qu'il faut pour arriver à la fin du mois.

Vincent Peillon, le Gaulois revenu de Suisse donc, est candidat. Il est soutenu mordicus par Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris dont l'époux est député socialiste qu'on dit frondeur dans les Hauts-de-Seine. C'est bien dans le parti de François Hollande d'être partout  et tout à la fois.

Bien à qui le tour dans cette primaire des socialo?

Emmanuel Macron, lui, n'est ni de gôche ni de droâte. C'est ce qu'on dit pour ne pas se dire trop réac sur les bords, lui qui a fait ses classes chez la banque d'affaires Rothschild. Ce week-end, il a tenu un grand métinge à Paris. Financé par des gens ni de droite ni de gauche, que du côté business qu'ils sont.

Commenter cet article

Canaille le Rouge 13/12/2016 07:55

En verve et précision d'ajusteur !!