Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Sous la 5e République, le président choisit son premier ministre. Et il le démet s'il n'en est pas content. Jusqu'alors, François Hollande n'a jamais désavoué celui qui mène sa politique droitière en tant que chef du gouvernement.

Manuel Valls n'est donc pas arrivé par effraction à Matignon et resté premier ministre par pur hasard. C'est à dire qu'il n'a jamais contesté les dogmes capitalistes qui dictent leurs lois à la France. Rappelons-nous son vibrant "j'aime l'entreprise" devant les patrons réjouis du CAC 40 lors de l'université d'été du Medef. Sans oublier non plus le pacte de responsabilité, le CICE, la loi Macron et la loi El Khomri, la criminalisation du syndicalisme ou le va-t-en guerre un peu partout dans le monde.

Manuel Valls se présente donc à la primaire des socialistes avec l'adoubement de François Hollande. Mais mon propos ne dédouane pas pour autant les autres candidats à cette mascarade politicienne. Tous sont resté au garde-à-vous dans leur parti et ils le sont encore, à la direction nationale du Ps, en tant que parlementaires ou qu'ils aient été ministres de François Hollande. Ils restent fidèles à la social-démocratie, celle qui gère partout le business du capitalisme et qui aspire partout à le gérer.

Ceci écrit ne rend pas plus présentable les partis réactionnaires que sont la droite et son extrême. Jamais au cours de leur histoire, ils n'ont été facteurs de solidarité et de fraternité, de justice sociale et de progrès, d'égalité ou d'avancée de nos libertés. Ils ont toujours été du côté des forces de l'argent.

L'INSEE annonce une hausse de la pauvreté en France: 14,3% de la population survit donc en dessous du seuil de pauvreté monétaire -604,80 euros par mois-, seuil fixé par le barème du capitalisme. Cette aggravation résulte de "l'augmentation du nombre de chômeurs", analyse l'INSEE. En France, dans l'un des pays les plus riches de notre planète.

Si on parlait de ce système injuste qui nous opprime, au lieu du bonnet blanc ou du blanc bonnet que vont coiffer les uns et les autres, lors de l'élection présidentielle de mai 2017?

Manuel Valls après François Hollande, c'est du bis repetita

Commenter cet article