Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le Grand-Paris-Seine-et-Oise a été voulu par le pouvoir socialiste et la droite, son appendice à son extrême inclus. Ils appellent ça de la réforme territoriale au service du public. En fait, cette méga communauté urbaine de 400 000 habitants assure désormais des compétences en lieu et place des 73 communes qui la composent et qui autrefois les géraient.

C'est la droite réactionnaire (sûrement une redondance) qui a tous les pouvoirs pour diriger le GPSO. Elle est dans la droite ligne (c'est le cas de le dire) de son candidat à la présidentielle François Fillon qui veut privatiser à tout va lorsqu'il sera à l'Elysée.

Pourquoi j'écris cela? L'un des vice-président du GPSO se nomme Karl Olive, de la droite. Il est aussi vice-président de droite du Conseil départemental des Yvelines et maire du même métal de la ville de Poissy. Avec chaque fois gling gling dans sa musette. Oui, le pouvoir socialiste a oublié de légiférer sur le cumul des mandats. Accessoirement, il dirige une session de formation pour les élèves de master 2 à l'Ecole supérieure de journaliste de Paris. En cas des fins de mois difficiles. 

Bref, ledit Karl Olive envisage de privatiser l'emploi public qui tient l'accueil à la mairie de Poissy. Il a lancé un appel d'offres pour "la mise à disposition d'un salarié (agent d'accueil) au sein du guichet unique". Le poste est pourvu pour 42 heures par semaine, horaires élargis en "cas de prestation exceptionnelles".

Cette démarche n'a pas été désavouée par ses potes qui gèrent avec lui le GPSO, au contraire de la CGT départementale des employés territoriaux.

Je vous avez dit la dernière fois que le PS et deux maires étiquetés Pcf dirigent également le GPSO avec la droite. Normal pour les socialistes. Quant aux cocos. Ils ont déclaré urbi et orbi qu'ils étaient là pour faire passer un message. Bon, je ne sais pas toujours lequel et le vide absolu depuis dans ma boite à lettres à ce sujet.

La CGT continue à se battre contre le GPSO, pour sauver l'emploi public au service du public. Et aussi la démocratie locale qui est l'essence même de la nation française. En tous les cas, côté réactionnaires, ce dessin qui illustre leur politique:

Grand-Paris-Seine-et-Oise ou comment privatiser l'emploi public

Commenter cet article