Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

13 décembre 2016 à Paris: rassemblement de soutien à Mylène Palisse

Mylène Palisse est conseillère d’insertion et de probation dans l’administration pénitentiaire. Elle dépend donc du ministre socialiste de la Justice Jean-Jacques Urvoas. Déléguée CGT, elle a osé critiquer publiquement des directives ministérielles sensées combattre la radicalisation. Elle est menacée de révocation.

Elle risque jusqu'à la révocation pour avoir exprimé des critiques concernant certaines modalités de la mise en œuvre au sein de l’administration pénitentiaire de la prévention de la radicalisation dans les colonnes de l’Humanité en avril dernier dans un article intitulé « Cochez la case djihadiste ».

Interpellé, le Ministre de la Justice, pourtant garant des libertés fondamentales, fait sien l’acharnement de l'administration pénitentiaire en confirmant la convocation de Mylène Palisse le 13 décembre 2016 devant le Conseil de discipline.

-Parce que la liberté d’expression est un droit constitutionnel, inhérent à la démocratie,

-Parce que la liberté d’opinion des fonctionnaires est un des fondements du statut général,

-Parce que les fonctionnaires ne sont pas de zélés serviteurs, exempts de tout droit à la critique et à la parole,

-Parce qu’ils sont légitimes à questionner la mise en œuvre de politiques publiques, dont ils sont les acteurs,

-Parce que ces interrogations relèvent de débats d’intérêt général,

-Parce que la liberté d’expression syndicale ne peut se cantonner à des critiques complaisantes,

-Parce que les libertés syndicales ne sont pas négociables et sont des garanties essentielles dans un État de droit,

Nous exigeons l’abandon immédiat des poursuites disciplinaires contre Mylène Palisse et affirmons haut et fort notre attachement à la liberté d’expression et aux libertés syndicales.

L'Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT

Rassemblement 13 décembre 2016, jour du Conseil de discipline, à 10h, devant l’administration pénitentiaire, 35 rue de la Gare, 75019 Paris

Signez la pétition:

Commenter cet article