Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

capture d'écran

capture d'écran

Ce jeudi, la veille de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la justice française a dit NON pour que soit libérée une femme de 68 ans, condamnée certes à 10 ans d'emprisonnement pour avoir tué son mari, lequel durant 45 ans, tyrannique, violeur et alcoolique, lui fit subir les pires sévices, quand il n'abusait pas de ses propres filles.

Le fils du couple ne témoignera pas. il s'est pendu à son domicile. Pas pris en compte donc les témoignages d'une vingtaine d'habitants de leur commune qui reconnaissaient les violences d'un époux sur sa femme et sa famille. Pas pris en compte non plus les consultations aux urgences d'une femme suite aux coups reçus par son mari.

Mais les magistrats ont décidé de refuser une libération conditionnelle parce que "le sens de la peine lui échappe" et "qu'elle est confortée dans cette position victimaire par les soutiens dont elle a bénéficié", ainsi que "l'importance médiatisation de l'affaire". C'est à dire: citoyens démocrates épris de justice et de liberté, fermez vos gueules!

Ce vendredi 25 novembre, est prévu une manifestation contre les violences faites aux femmes, à 18h 30, place de la Bastille à Paris.

Elle rappellera qu'en 2015, 122 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint en France, que le viol n'est pas un fait divers, mais un fait de société qu'il faut punir à sa mesure. 216 000 femmes sont victimes de violences conjugales dans notre pays et trop peu portent plainte face à la société machiste qui est la nôtre.

Le pouvoir socialiste, madame Taubira ministre de la Justice comprise, n'a pas daigné faire voter une loi-cadre  contre l'affreuse domination masculine en France. Hier, la Justice française, en laissant Jacqueline Sauvage en prison, suit ce déni d'égalité et de démocratie.

Commenter cet article

MARCHETTI Philippe 25/11/2016 10:22

Selon que tu sois homme ou femme, tu auras le droit de vie ou de mort sur l'autre.
Selon que tu sois homme ou femme tu subiras la prison ou la liberté.
HONTE à cette République qui ne protège pas ses enfants.
La loi étant la loi, il est normal qu'il y ai jugement.
Mais dans ce cas il est honteux de voir cette condamnation inique.
Les juges qui n'ont retenu que le geste final sans tenir compte du passif, devraient avoir honte.
Elle les poursuivra jusqu'à dans leur tombe.
@+Fifi