Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Je ne sais pas si on a distribué des pastilles contre le mal de tête ou une autre potion pour se revigorer le corps et l'esprit, en ce samedi 5 novembre où le Pcf tenait sa Conférence nationale. Composée de délégués des départements, de ses parlementaires et de sa direction nationale, elle devait désigner, ou pas, une candidature issue de ses rangs pour la présidentielle de mai 2017. Et quelle fumée allait s'évacuer de sa cheminée urbi et orbi?

Ben oui, Olivier Dartigolles porte-parole officiel du Pcf, déclarait, invité du Talk Orange-Le Figaro, lundi 24 octobre : « Si Montebourg gagne la primaire socialiste, ce sera quelque chose de nouveau dans la situation politique. Comme le dit Pierre Laurent, quand bien même on ferait un choix de candidature d’ici la fin de l’année, on maintiendra toujours ouverte la possibilité pour le Parti communiste français d’aller vers des choses qui permettraient cette candidature commune ». Et à l'ouverture de la Conférence nationale, Pierre Laurent, patron du Pcf et donc de son porte-parole, soutenait la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Finalement, par 274 voix et 52,8%, la Conférence nationale a dit non à la proposition de son secrétaire national, contre 218 voix et 42%, 27 abstentions et 5,2%. Mais comme l'écrit l'Humanité de ce lundi, "la conférence nationale a voté majoritairement en faveur de la désignation d'une candidature issue de ses rangs qui pourrait se désister en cas d'accord pour un rassemblement plus large".

Est-ce à dire que c'est un coup d'épée dans l'eau concernant une candidature pur jus coco? En tout cas, les 50 000 cotisants Place du Colonel-Fabien à Paris auront le dernier mot à dire fin novembre 2016: le feuilleton continue donc.

Une seule question et sans interférer le moins du monde dans la cuisine du Pcf, pourquoi n'avoir pas sollicité en premier les adhérents? En toute démocratie.

Pour les législatives de juin 2017, , le Pcf combattra sous le label "unis pour l'humain d'abord". Et donc exit le Front de gauche dont se réclament toujours des élus territoriaux et parlementaires ?

Si j'étais au Pcf, j'en aurai vraiment mal de tête. Il reste que durant la médicamentation prescrite pour les communistes, l'ère des primaires chez les Verts et les adhérents du parti de François Hollande & co, les forces de l'argent, le capitalisme français quoi, ronronnent de plaisir.

Docteur, comment ça va du côté du Pcf?

Commenter cet article