Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

© France 3 LR Saint-Jean-de-Cuculles (Hérault) - obsèques de Jérémy Beier, pompiers de 24 ans brûlé dans l'incendie de Gabian - 28 septembre 2016.

© France 3 LR Saint-Jean-de-Cuculles (Hérault) - obsèques de Jérémy Beier, pompiers de 24 ans brûlé dans l'incendie de Gabian - 28 septembre 2016.

Ni le préfet de l'Hérault et encore moins Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, n'ont été présents aux obsèques de Jérémy Beier, mort des suites de ses graves blessures, onze jours après avoir combattu un incendie en août dernier, près de Béziers. Il devait être fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. Pour la remise de la Légion d'honneur à ce jeune, pompier depuis ses 13 ans, ça attendra donc, a décidé l'Etat, sans vergogne aucune.

En fait, la famille du défunt avait refusé aux obsèques la présence du directeur départemental du Service départemental d'incendie et de secours de l'Hérault, le colonel Risdorfer.

Le 10 août dernier, le jeune pompier avait été brûlé à plus de 90% lors d'un incendie qui avait ravagé plus de 200 hectares à Gabian, près de Béziers. Avec trois collègues, blessés mais qui ont survécu, ils s'étaient retrouvés cernés par les flammes dans leurs véhicules qui, normalement devaient être étanches pour les supporter. Le syndicat FO avait mis en cause le patron des pompiers et évoqué des véhicules avec des protections absentes, inadéquates ou en mauvais état. D'où le refus de la famille qu'il soit présent aux obsèques.

Du coup, le préfet de l'Hérault et encore moins Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, ont boudé la cérémonie. Et pas de Légion d'honneur à titre posthume déposée sur le cercueil.

"Le préfet aurait dû être accompagné du représentant en chef du Sdis. Protocolairement, il aurait été mal venu de l'exclure pour une telle cérémonie", a confié sans honte la préfecture de l'Hérault.  Voilà pourquoi personne représentant la République française n'est venue.

Honte à toi, Etat misérable et indigne du courage de tes agents d'un service public!

 

Commenter cet article